Les derniers numéros

Centre d'éducation à la Résistance et à la Citoyenneté

Aide mémoire 70

Du sable, du sang, de la violence et du grand mensonge

Par Jean-Paul Bonjean

 

AM70 p.8 BonjeanLes guerres ont toujours inspiré de grands récits qu’ils soient épiques ou d’horreur. En 2004 l’auteur part combattre en Irak sous le drapeau américain, manière pour lui de « voir le monde ». Il en reviendra avec les hantises des anciens soldats et toutes leurs difficultés à se réadapter à un monde qui ne les comprend pas. Dur apprentissage !

« La guerre s’introduisit dans mes rêves cet été-là, et me révéla son seul et unique but : continuer, tout simplement continuer. » En personnifiant la guerre dans la conscience du narrateur, Kevin Powers confère une touche poétique à un récit en partie autobiographique qui n’est construit que de sable, de sang, de violence et du grand mensonge.

La solitude dans laquelle finit par s’enfermer le soldat au retour de sa mission irakienne confine à la pathologie. Taraudé par l’image de son ami qu’il n’a pas pu ramener avec lui, Bartle vit l’impossibilité de communiquer avec son entourage, y compris la mère de Murph qui lui avait fait jurer qu’ils rentreraient tous les deux vivants.

Tissé d’aller-retour entre l’après-guerre et les combats, le récit pose la question de la responsabilité au regard d’un désir de liberté. « Je finis par me rendre compte que la liberté ne se résumait pas à une absence de responsabilité ». En travaillant le squelette de l’âme et sa brume de chaleur, l’auteur nous fait traverser l’enfer d’une initiation dont le prix est toujours trop élevé.

 

Kevin Powers, Yellow birds, Livre de poche, 2014, 7,40€

Le dernier voyage d'Ana Non

Par Philippe Glesener

 

AM70 p.8 GlesenerDestiné à une carrière de juriste au départ d'Almeria, l'auteur, Augustin Gomèz-Arcos découvre au contact des milieux littéraires de Barcelone sa vocation pour la littérature et le théâtre.

Mais, poursuivi par la censure franquiste pour ses prises de position comme acteur et pour ses écrits, il se réfugie d'abord à Londres, puis à Paris en 1968, où il obtient de nombreux prix littéraires ainsi que sa citation en 1995 à l'Ordre des Arts et Lettres de France pour l'ensemble de son oeuvre qui fait désormais partie des programmes de l'enseignement officiel de ce pays.

« Ana non » est l'expression de résistance encourageante que s'est donné Ana Paücha à chaque fois qu'elle rencontre, qu'elle se butte, qu'elle s'oppose ou qu'elle se révolte contre toute espèce de contrariété, de souffrance ou d'injustice qui entrave sa détermination à retrouver le plus jeune de ses fils, enfermé à perpétuité dans les prisons franquistes du nord de l'Espagne.

Le mari et les deux fils aînés sont morts à la guerre.

Lorsqu'elle ferme derrière elle la porte de sa maison, le voyage inquiétant, que cette veuve brisée mais entêtée de 75 ans entreprend à pied en suivant la ligne de chemin de fer qui va vers le Nord (pour être sûre d'y arriver) est à la fois un voyage d'amour et de mort, d'initiation et de connaissance.

Ce très beau livre ( qui a remporté à lui seul trois prix littéraires: «Livre Inter»; «Société des Gens de Lettres»; «Roland Dorgelès» ) évoque ces si nombreuses silhouettes endeuillées à vie qui animaient furtivement les ruelles des villages espagnols et dont la mémoire de ce qu'elles ont vu et vécu s'en va désormais, avec elles.

 

Agustín Gomèz-Arcos, Ana Non, Stock, 1977

Réception des Somnambules de Christopher Clark dans l’historiographie allemande

Par Jean-Louis Rouhart

 

En Allemagne également, le livre de l’historien australien Christopher Clark sur les causes de la Grande Guerre[1] a connu et connaît encore un certain retentissement. On sait que l’auteur veut démontrer que la Première Guerre mondiale est le résultat de méfiances mutuelles, d’erreurs d’appréciation, de pannes de communication, de velléités d’expansion et de tendances nationalistes dans le chef de tous les belligérants. Pour lui, le déclenchement de la guerre n’est pas dû uniquement à la politique militariste et belliqueuse de la seule alliance austro-allemande.

La thèse de Christopher Clark, qui tend à relativiser la responsabilité de l’Allemagne, s’oppose à la théorie développée dans les années 60 par l’historien allemand Fritz Fischer qui, dans son ouvrage Griff nach dem Weltall (« Domination de l’univers »), montrait que l’Allemagne, poursuivant des visées impérialistes, avait sciemment déclenché la guerre. Elle va également à l’encontre de l’idée plus récente, répandue dans les manuels scolaires en RFA, selon laquelle l’Allemagne se serait sentie menacée par les puissances qui l’entouraient et auraient déclenché une guerre préventive.

Lire la suite : Réception des Somnambules de Christopher Clark dans l’historiographie allemande

La Bibliothèque George Orwell présente...

Par Jérôme Delnooz et Michel Recloux, bibliothécaires

 

eric toussaint bancocratieÉric Toussaint, Patrick Saurin (préf.), Bancocratie, Aden, CADTM, 2014, 24€ tm-coeur

Dans cet ouvrage, l’auteur, historien et politologue, fournit une analyse critique de l’évolution du secteur bancaire et de ses dérives. À travers une approche contemporaine, mais aussi à l’aide de nombreux exemples historiques, il démontre (et démonte) le cycle infernal dans lequel nous sommes plongés depuis 2008 : déréglementation excessive, manœuvres illicites des banques, crise financière majeure, renflouement du secteur au moyen d’argent public, puis politiques d’austérité par ces mêmes États sauveurs pour rééquilibrer leur dette publique… et toutes leurs conséquences dévastatrices au niveau social. En plus de donner des clés de compréhension vulgarisées, l’auteur se veut revendicatif et suggère des alternatives afin de contrer l’hégémonie du système financier.

  

Sabino casses litalie le fascisme letatSabino Cassese, Éric Vial (trad.), L’Italie, Le fascisme et l’État : continuités et paradoxes, éditions Rue d’Ulm, 2014, 22€

Le modèle d’État fasciste a-t-il existé dans les faits ? Telle est la surprenante question de départ que pose au lecteur Sabino Cassese. Loin d’en être convaincu, l’auteur s’efforce tout au long de son développement de mettre en évidence les nombreuses contradictions internes du régime mussolinien. En confrontant le discours idéologique à la structure réel de l’État, l’auteur relativise le caractère révolutionnaire, corporatiste et totalitaire du fascisme et neutralise un certain nombre d’idées reçues à son sujet. L’histoire des institutions césaristes proposée par l’auteur, ancien ministre et spécialiste de l’administration, permet également d’aborder l’héritage et les conséquences du fascisme sur le système démocratique italien.

Lire la suite : La Bibliothèque George Orwell présente...

Guerre (Mots)

Par Henri Deleersnijder

 

On l'avait pourtant dit et répété à l'envi que ce serait la « der des ders ». Pensez donc. Après la boucherie de 14-18, qui vit des peuples européens s'entretuer comme jamais et leur continent s'engager dans une longue descente aux enfers, le retour de la guerre n'était décidément plus possible. Le Pacte de la SDN, qui constituait le préambule du traité de Versailles imposé à l'Allemagne en 1919, entendait d'ailleurs régler pacifiquement les conflits entre nations et, mieux encore, conduire le monde vers un désarmement général. On sait qu'il n'en fut hélas rien.

Devançant la commémoration du début de la Grande Guerre, les Territoires de la Mémoire inauguraient, le 8 mai à la Cité Miroir, leur nouvelle exposition permanente « Plus jamais ça ! », proposant à un large public un « Parcours dans les camps nazis pour résister aujourd'hui ». Bref, en cette année 2014, mettre la guerre hors-la-loi était devenu le leitmotiv de quantité d'associations d'éducation citoyenne et de discours politiques magnifiant le retour de l'entente entre pays.

Lire la suite : Guerre (Mots)

Consultez toutes nos archives

am vign tous articles

Recherche

Rejoignez-nous !

En savoir plus...

Soutenez la Mémoire !

Devenezmembre

Faites leur don de vos valeurs !

Faitesdondevosvaleurs copy

Brochure "Editions"

brochure editions 2015

Soutenez nos actions

Soutenez les Territoires de la Mémoire en effectuant un don via Paypal

Plan d'accès

Contactez-nous

  • Territoires de la Mémoire asbl
  • Siège social
    Boulevard de la Sauvenière, 33-35
    4000 Liège
    accueil@territoires-memoire.be
    Téléphone : 04 232 70 60
    Fax : 04 232 70 65
  • N° d'entreprise
    453099470
453099470