Les derniers numéros

Centre d'éducation à la Résistance et à la Citoyenneté

Aide mémoire 73

Éditorial : Réalités d’aujourd’hui et mémoire de demain

Par Julien Paulus, rédacteur en chef

 

Camp x ray detaineesL’habituelle recension de la Bibliothèque George Orwell nous propose, entre autres choses, de découvrir le document remarquable que constitue le manuscrit rédigé par Mohamedou Ould Slahi, détenu au centre de détention spécial de Guantánamo. Originaire de Mauritanie, Mohamedou Ould Slahi décrit le calvaire, la violence et les tortures qu’il a subis depuis son arrestation en 2001 par les autorités mauritaniennes et son transfert immédiat aux services américains dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. C’est ainsi que, au nom de cette lutte et pour la défense de la démocratie et des Droits de l’Homme, et sans qu’aucun crime ait pu lui être formellement attribué, l’auteur de ce manuscrit a subi, entre autres sévices, « des mois d’isolement total, une multitude d’humiliations physiques, psychologiques et sexuelles, des menaces de mort, des menaces à l’encontre de sa famille, ainsi qu’un simulacre d’enlèvement et d’extradition[1] », le tout dans l’impunité et le secret les plus complets et comme prévu par le « plan d’interrogation spécial » approuvé personnellement par le secrétaire à la Défense de l’époque, Donald Rumsfeld.

Lire la suite : Éditorial : Réalités d’aujourd’hui et mémoire de demain

Histoire, mémoire et politique : l’Espagne et la « mémoire historique »

Par Maite Molina Mármol[1]

 

AM73 p.1 Magritte Lamémoire 1944La notion de mémoire suscite, depuis les années 1970 et de manière croissante, l’intérêt des sciences humaines et sociales, pour se déployer de manière exponentielle depuis la décennie 2000. Parallèlement à cette omniprésence dans le domaine scientifique, la société semble également être aux prises avec une « boulimie mémorielle » : on trouve aujourd’hui la mémoire partout et, pourrait-on dire, on fait de la mémoire de tout – tendance sans doute renforcée par la nature même de ce phénomène, immatériel et volatile.

S’il eut donc été nécessaire de commencer par s’atteler à décrire et à décortiquer ce concept – dont l’utilisation se limite souvent à certaines notions labellisées telles que « lieux de mémoire » ou « travail de mémoire »[2] –, il se serait avéré indispensable de questionner la relation de la mémoire à l’histoire alors que les historiens ont longtemps placé celles-ci dans un rapport hiérarchique : construite, critique, artificielle, unique, l’histoire prendrait le « contre-pied » de la mémoire, continue, affective, vivante, multiple[3]. Cette perspective herméneutique soumet problématiquement la mémoire à l’histoire, ne prenant pas en compte le processus mémoriel en tant que tel, et accorde généralement son attention aux objets institutionnalisés, lieux ou commémorations, au détriment des processus et dynamiques constituant une mémoire « vivante ».

Il ne s’agit néanmoins pas ici de proposer une discussion théorique autour du concept de mémoire mais de s’intéresser à son utilisation dans un contexte spécifique, celui de l’Espagne contemporaine qui a pour particularité de voir, depuis les années 1990, son champ social envahi par la notion de « mémoire historique ». Cette expression, composée de l’accolement presque paradoxal de deux termes si souvent pensés comme contraires, constituant dans une certaine mesure une formule incantatoire, servira de fil conducteur à notre réflexion autour des rapports entretenus par l’histoire, la mémoire et le monde politique.

Lire la suite : Histoire, mémoire et politique : l’Espagne et la « mémoire historique »

Influencer sans contraindre: le cas du décret-mémoire

Par Jérôme Nossent, Assistant à la faculté de Droit, de Science Politique et de Criminologie de l'Université de Liège

 

Alors qu’émergent hors de leurs gourbis les derniers interprètes de poilus et que se profilent à l’horizon les hordes de figurants endossant l’habit des grognards, prêts à déferler sur le champ de bataille mémoriel, l’omniprésence des références au passé devient irréfutable. Une commémoration en chasse une autre. Parmi les acteurs prenant part à ces manifestations, les autorités publiques semblent chercher à se tailler une part importante. Et pourtant, celles-ci n’attendirent pas la célébration du Centenaire ou du Bicentenaire pour occuper l’espace mémoriel, en Fédération Wallonie-Bruxelles particulièrement. La mise en place, dès 2009, d’un décret de la Communauté Française place entre leurs mains un instrument mémoriel inédit à ce jour. Une analyse soigneuse du décret permet de mettre en évidence les rapports de pouvoir qu’il engendre, ainsi que les conséquences que cela entrainerait.

Lire la suite : Influencer sans contraindre: le cas du décret-mémoire

« Des valises-miroirs : réfléchir du passé à l’avenir sur le sentier de la mémoire »

 

AM73 p.2 Valisesmiroirs1Dans le cadre de sa participation au « Train des 1000 » 2015 et avec le soutien de la cellule Démocratie ou Barbarie, le Lycée St-Jacques de Liège a réalisé un projet intitulé «  Des valises-miroirs : réfléchir du passé à l’avenir sur le sentier de la mémoire ». L’objectif était de faire des élèves de 6e année des passeurs de mémoire et des citoyens responsables. Dans cette perspective, la démarche se voulait interdisciplinaire et plusieurs professeurs (histoire, sciences sociales, français, illustration) contribuèrent à lui donner davantage de sens. Concrètement, chaque élève effectua un travail de recherche sur un témoin de la guerre (aux profils de vie très différents : enfants cachés, Justes parmi les nations, résistants, juifs, juifs résistants…), mais aussi sur une situation actuelle évoquant «  en miroir » le parcours de la personne choisie. La vie de 28 rescapés de la barbarie nazie fut donc évoquée dans 28 valises par des photos, une carte postale et des objets symboliques. Ces histoires parmi des millions d’autres rejoignaient d’autres histoires actuelles, d’ici ou d’ailleurs, où des minorités sont toujours persécutées et où des hommes et des femmes résistent à l’oppression. Ainsi, dans chaque valise, l’histoire d’un témoin actuel évoquait « en miroir » celle du témoin du passé, sans en être son reflet exact. Ce sont ces « valises-miroirs » qui furent exposées à la Cité Miroir dans l’Espace Rencontre des Territoires de la Mémoire.

Lire la suite : « Des valises-miroirs : réfléchir du passé à l’avenir sur le sentier de la mémoire »

La mémoire espagnole et la correspondance dans les camps : deux rencontres à la Bibliothèque George Orwell

 

AM73 p.3 rencontreEspagne1Ce deuxième trimestre de l'année fut l’occasion de présenter les deux derniers livres parus à ce jour aux éditions des Territoires de la Mémoire en organisant des rencontres avec les auteurs respectifs de Mémoire à ciel ouvert : une histoire de l’Espagne 1931-1981 (« Voix de la Mémoire », septembre 2014) et Lettres de l’ombre : correspondance illégale dans les camps de concentration nazis (« Voix de la Mémoire, avril 2015).

Lire la suite : La mémoire espagnole et la correspondance dans les camps : deux rencontres à la Bibliothèque...

Consultez toutes nos archives

am vign tous articles

Recherche

Rejoignez-nous !

En savoir plus...

Soutenez la Mémoire !

Devenezmembre

Faites leur don de vos valeurs !

Faitesdondevosvaleurs copy

Brochure "Editions"

brochure editions 2015

Soutenez nos actions

Soutenez les Territoires de la Mémoire en effectuant un don via Paypal

Plan d'accès

Contactez-nous

  • Territoires de la Mémoire asbl
  • Siège social
    Boulevard de la Sauvenière, 33-35
    4000 Liège
    accueil@territoires-memoire.be
    Téléphone : 04 232 70 60
    Fax : 04 232 70 65
  • N° d'entreprise
    453099470
453099470