Les derniers numéros

Centre d'éducation à la Résistance et à la Citoyenneté

La Bibliothèque George Orwell présente...

Par Jérôme Delnooz, bibliothécaire

 

illuminaeAmie Kaufman, Jay Kristoff, Corinne Daniellot, Illuminae : dossier Alexander, tome 1, Casterman, 2016, 19,90€

Dans le premier tome de ce roman de science-fiction, Kady et Ezra, les deux héros, voient leur planète attaquée par BeiTech, une entreprise interstellaire, et contraints à l’exode avec d’autres survivants. Au-delà de la confrontation avec cet ennemi extérieur puissant, Kady a le sentiment que leurs autorités leur cachent des choses… Son piratage du réseau informatique va confirmer cette intuition : un autre danger est imminent ! À partir de cet élément narratif, les deux auteurs américains ont développé une mise en forme du livre réellement originale, reposant sur une succession de documents divers (reproduction de dossiers et rapports « confidentiels » hackés, fausses pages Wikipédia, plan de vaisseau…). De quoi rendre la lecture des plus dynamiques !

 

pandoraBenoît Mouchart (dir.), Pandora : revue de bande dessinée et fiction, 37 récits inédits, n°2, 1er semestre 2017, 18€

Pandore, ce personnage mythique ayant ouvert la fameuse boîte qui déversa tous les maux sur l’humanité… Il y a un peu de ça dans la démarche de cette revue. Une BD collective que l’on ouvre et de laquelle surgit des récits intimes d’antihéros névrosés, à l’identité troublée, des individus contraints par des forces qui les dépassent et qui se débattent face aux affres de nos sociétés – passées et présentes. Mais derrière cette série de cauchemars, il y a surtout le travail d’auteurs de différents horizons (Killofer, Spiegelman, Otomo…) une mosaïque de styles graphiques, de genres, d’histoires, et une recherche transmédiatique. Une vraie ode à la liberté et à la diversité ! Et si, fort de cela, elle nous invitait à émerger de ces rêves troublés mais « lucides », pour déplacer notre regard et agir à des fins… de transformation du réel ?

 

piraterie dans ameJean-Paul Curnier, La piraterie dans l’âme : essai sur la démocratie, Lignes, 2017, 19€

Plusieurs auteurs ont déjà mis en évidence le fonctionnement démocratique et égalitaire de certains pirates du XVIIe siècle (voir Aide-mémoire n°72, pp. 5-6). Ici, Curnier renverse cette perspective et soumet un postulat personnel assez iconoclaste : si la piraterie a si bien pu se faire démocratique, c’est parce que la démocratie porterait en elle des marqueurs de la piraterie (prédation, extorsion, dilapidation, recherche d’une opulence illimitée). En analysant abondamment ce rapport, mais aussi en passant en revue « l’histoire morale » de notre système politique jusqu’à aujourd’hui, il fouille sa nature « sombre », sa dimension de « Mal » jamais proclamée et contraire aux idéaux qui lui sont associés traditionnellement. Il ressort de cette réflexion une volonté de revigorer la démocratie ainsi qu’un appel à l’humilité pour les sociétés occidentales, souvent « donneuses de leçons ».

 

autoroute du soleilBaru, L’autoroute du soleil, Casterman, 2016, coll. « Ecritures », 24,95€tm coeur

Dans cette bande dessinée, nulle question de farniente au soleil ! Pourtant, Karim et Alexandre ne sont pas contre l’idée d’échapper un temps à la grisaille et la morosité de leur cité frappée par la désindustrialisation. Leur vœu va être exaucé… Un jour, les deux jeunes ont la très mauvaise idée de mettre en rogne le docteur Raoul Faurissier, étoile montante du parti facho local… et accessoirement psychopathe rusé à ces heures perdues. Une course poursuite s’engage, haletante et meurtrière, de Nancy à Marseille. Baru happe le lecteur grâce à son sens du rythme, son énergie graphique, ses personnages savoureux et son humour caustique. Il esquisse les traits d’une France en crise et sombre. Initialement publié en 1995, ce livre a reçu de nombreux prix, et a préfiguré une autre œuvre majeure de l’auteur : Noir.

 

ici et ailleursUwindekwe P. Rwayitare, Florence Caullier, D’ici et d’ailleurs : témoignage des survivants du génocide des Tutsi du Rwanda vivant en Belgique : film et livret pédagogique, Muyira : arts et mémoire, 2016

Le génocide se veut un processus de déshumanisation. Celui des Tutsi au Rwanda en 1994 n’échappe pas à la règle. Il est dès lors indispensable que les survivants puissent témoigner de l’horreur, en leur nom, pour les personnes assassinées, mais également afin de montrer qu’en tant qu’être humain, il y a eu un avant et un après génocide, notamment l’exil en Belgique. Spéciose, Félicitée, Justine, Dorcy et Uwindekwe s’attèlent à ce travail de mémoire, en livrant leur récit dans cet ouvrage et sur ce DVD. Des supports à vocation pédagogique, élargissant la notion de génocide et son histoire, pour toucher les jeunes (et pas que) d’ici, sur ce qui s’est passé là-bas…

 

enjeux esthetiquesMyriam Watthee-Delmotte et Mark O’Connor (dir.), Enjeux esthétiques et spirituels de la commémoration – aesthetic and spiritual stakes of commemoration, EME éditions, 2016, coll. « Esthétique et spiritualité ; n°5 », 25€

Est-ce que l’esthétique et la spiritualité rencontrées dans des œuvres artistiques peuvent favoriser l’adhésion à la commémoration d’un événement passé? Et mobiliser une identité ? Si oui, de quelles manières ? Ce sont les questions épineuses auxquelles tente de répondre l’équipe de chercheurs internationale (belge, française, anglo-saxonne, allemande) dans cet ouvrage qui se veut pluriel dans sa philosophie. En effet, l’objectif est de faire dialoguer les disciplines (littérature, histoire de l’art, musicologie), la diversité des objets d’étude et les époques ! Dans cette optique, le focus passe par exemple de Stendhal au théâtre contemporain de Sarah Kane.

 

un agent paraJean-Claude Maréchal, Un agent parachutiste dans l’histoire, EME éditions, 2016, coll. « L’Histoire en mouvement », 25,50€

Les premières années d’enfance de Jean-Claude Maréchal sont marquées par la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement par un drame venant frapper sa famille : le décès de Charles Hoyez, son parrain résistant. Ses proches entretiennent son souvenir depuis lors. Voici quelque temps, conscient de la fragilité de la tradition orale, Maréchal décide d’écrire un livre pour transmettre l’héritage mémoriel à ses propres enfants, mais aussi le mettre à disposition de tout un chacun. Il se lance sur les traces de ce parrain disparu, sur va vie d’avant-guerre, son arrivée dans la résistance belge à Londres, sa mission en Belgique occupée, et sa mort dans les camps… En imbriquant contexte historique et récit personnel, il souhaite inscrire la vie de Hoyez dans la grande histoire et lui rendre hommage.

 

rescapés shoahRyan Jones, Zane Whittingham, Faustina Fiore, Rescapés de la Shoah, Flammarion, 2017, €15

Au départ de Rescapés, il y a la série de films d’animation du Britannique Zane Whittingham, Children of the Holocaust, produite par BBC Learning. Vu sa critique positive et son potentiel mémoriel, l’auteur a décidé de collaborer avec Jones pour l’adapter en bande dessinée. Concrètement, elle présente le témoignage bouleversant de six enfants juifs ayant connu le quotidien et les affres de la guerre, l’antisémitisme, l’exil, la disparition de proches dans la Shoah… Au moyen de ces histoires, d’un graphisme faussement enfantin et de symboliques fortes, les auteurs tentent de nous plonger dans le regard de ces enfants qui ont pu survivre, grandir et continuer leur vie, malgré les blessures… et sans oublier. Un outil à utiliser avec les enfants !

 

14 18 bincheFrédéric Ansion 14-18 Binche, Luc Pire, 2016, 19€

Frédéric Ansion, un passionné d’histoire locale, se penche sur Binche durant la tourmente. Une attention plus particulière a été portée aux aspects militaires et opérationnels, avec notamment des focus sur certains parcours individuels.

 

 

 

votez le teckelGrégory Mardon, Hervé Bourhis, Votez le Teckel, tome 3, Casterman, 2017, 17,95€tm coeur

Il a du bagou, Guy Farkas, alias le Teckel. On l’avait déjà vu à l’œuvre dans ses péripéties précédentes, en ancien commercial immoral pour des sociétés pharmaceutiques et autres entreprises pas très éthiques. En plein contexte de campagne présidentielle, le voilà tribun improvisé dans son café préféré, parlant politique, haranguant les copains, et distillant saillies et humour très hexagonal. Un soir, il est abordé par deux personnages qui arrivent à le convaincre de se présenter comme candidat outsider. Après tout, son programme giscardien et nostalgique « C’était mieux maintenant » tiendrait la route, non ? Le moustachu se trouve embarqué dans une aventure qui va lui faire découvrir les pratiques de la politique, mais surtout le storytelling et autres recettes des agences de com’…Pour le meilleur et pour le pire !

 

daprès une image dasehJuan Branco, D’après une image de Daesh, Lignes, 2017, 8€

Juan Branco est un jeune chercheur français, spécialisé dans les violences de masse et la question des représentations, ce qui l’a d’ailleurs amené à travailler à la Cour Pénale internationale. Dans ce court essai, il décrypte deux faits de Daesh en termes d’imaginaire. À partir de ces exemples, il souhaite montrer que l’irruption de l’organisation terroriste dans notre espace fantasmatique, à travers ces logiques sanglantes et sacrificielles, vient bousculer le paradigme visuel qui s’était imposé en Occident depuis la seconde moitié du XXe siècle. En effet, depuis la Shoah, le régime de représentation de la mort et de la violence semblait avoir culminé et être parachevé, et nos sociétés capitalistes avaient construit petit à petit une moralité du « tout  neutre », désymbolisée. Un électrochoc pour une forme de déni ?

 

revolution culturelle nazieJohann Chapoutot, La révolution culturelle nazie, Gallimard, 2017, coll. « Bibliothèque des Histoires »,21€

Après Le National-socialisme et l’Antiquité, et La Loi du sang, l’auteur prolonge sa réflexion sur les raisons qui ont amené les Allemands à penser et agir en « parfait nazi ». Dans ce dernier livre, il se penche sur l’efficacité de la révolution culturelle, morale et idéologique nazie. Comment les idéologues, pédagogues et intellectuels sont-ils parvenus à réécrire l’histoire de l’Occident pour coller à leur conception biologiste et raciste, associant culture et nature ? Et à distiller dans les esprits l’idée qu’il fallait défendre la race nordique-germanique contre les influences extérieures néfastes, tout en revenant au passé (mythifié) originel de cette civilisation… Comment cette vision du monde a été diffusée, mais aussi pourquoi s’est-elle aussi bien enracinée dans le peuple allemand ? Au point de donner sens et valeur à des crimes sans nom…

 

pour avoir de lespoir faudrait du tempsPierre Orban, Pour avoir de l’espoir, faudrait du temps, Cerisier, 2017, coll. « Faits et gestes », 12€tm coeur

2011. Alba est une jeune universitaire sans emploi qui se démène dans une Espagne frappée par la crise. Un jour, elle décide de rejoindre le mouvement des Indignés de Madrid. Au gré des pages de son journal personnel, se dessinent « entre ombre et lumière, les doutes et les désirs d’une jeunesse à la fois forte et démunie face à la crise du système qui confisque son avenir »… Mais sur le chemin de l’engagement et du collectif, on peut vivre d’autres émotions que la passion politique.   C’est le cas pour Alba, qui rencontre l’amour…

 

 

wallonie 14 18Centenaire de la Première Guerre mondiale

Collection « Villes en guerre », à la Renaissance du livre

Cette collection rassemble des ouvrages réalisés par des chercheurs du CEGESOMA (le Centre d’Etudes et Documentation Guerre et Sociétés contemporaines), dont 1914-1918 : la Wallonie dans la grande Guerre, et 1914-1918 : Bruxelles ville occupée. L’ambition de ces livres est d’offrir « un regard neuf » sur la vie dans ces grandes villes sous l’Occupation allemande. Cette histoire visuelle, reposant sur des archives photographiques et iconographiques originales, mais aussi des balises chronologiques et textuelles, permettra au lecteur de découvrir le « vécu intime » et le quotidien des habitants.

 

 

 

Consultez toutes nos archives

am vign tous articles

Recherche

Rejoignez-nous !

En savoir plus...

Soutenez la Mémoire !

Devenezmembre

Faites leur don de vos valeurs !

Faitesdondevosvaleurs copy

Brochure "Editions"

brochure editions 2015

Soutenez nos actions

Soutenez les Territoires de la Mémoire en effectuant un don via Paypal

Plan d'accès

Contactez-nous

  • Territoires de la Mémoire asbl
  • Siège social
    Boulevard de la Sauvenière, 33-35
    4000 Liège
    accueil@territoires-memoire.be
    Téléphone : 04 232 70 60
    Fax : 04 232 70 65
  • N° d'entreprise
    453099470
453099470