Les derniers numéros

Centre d'éducation à la Résistance et à la Citoyenneté

Aide memoire 80

L'argent de l'ombre

Par Christian Poelmans

AM80 p.8 darkmoney coverDonald Trump élu à la présidence des USA ! Un marchand, un vendeur à la tête de la plus puissante démocratie de la planète ! On ne peut s’empêcher de repenser à cette scène du film Back to the future où Marty McFly revenant dans le passé informe le Doc’ que Ronald Reagan, cet acteur de série B, est président des États-Unis ! Et les scénaristes des Simpsons qui avaient déjà eu l’intuition de cette élection ! Il faut toujours garder un œil vers la culture populaire et vers les artistes pour sentir la société dans laquelle nous vivons. L’autre œil se tourne, lui, vers les faits et le livre de Jane Mayer – Dark Money, the hidden history of the billionaires behind the rise of the radical right (« L’argent de l’ombre, l’histoire cachée des milliardaires derrière la montée de la droite radicale », inédit en français) – nous dévoile de manière riche ce qui se trame depuis des dizaines d’années maintenant chez nos cousins américains et qui a mené pas à pas à l’ascension des idées de la droite radicale américaine jusqu’à la présidence des États-Unis.

Lire la suite : L'argent de l'ombre

Le retour au pays de Jossel Wassermann

Par Jean-Paul Bonjean

 

AM80 p.8 BonjeanHilsenrath est un auteur fabuleux ! Voilà bien une bonne raison de le chroniquer alors même qu’il n’a aucune actualité si ce n’est une réédition avec une nouvelle traduction au Tripode pour saluer l’anniversaire de ses 90 ans. Pour ceux qui ont lu Nuit ou Orgasme à Moscou ou encore Fuck America, il est nécessaire et évident de poursuivre la découverte de cet auteur juif qui sait mêler le désespoir le plus sombre à l’humour décalé le plus piquant.

Le retour au pays de Jossel Wassermann allie avec bonheur ces deux aspects en développant le récit de vie du personnage éponyme. Plein de petites histoires sur fond de la grande Histoire. Cascade d’anecdotes et de scènes de la vie des juifs d’un shtelt (village juif de l’Europe de l’Est). Splendeurs et misères du quotidien d’une communauté vouée à disparaître.

La logique juive a pour vertu de déconcerter la rationalité cartésienne de l’occidental tout en la poussant jusqu’à une certaine absurdité. Cette méthode prend un tour particulièrement émouvant si on la met dans la perspective historique que l’on connaît. La mémoire de ces scènes de village ne sera plus portée que par le vent que fend le wagon qui emporte toute la communauté vers son destin.

Le retour au pays de Jossel Wassermann est celui d’un cadavre et du vœu de voir le shtetl reprendre vie au travers de l’héritage mémoriel. Mais la césure est trop forte et seule la poésie permettra de réconcilier les espoirs de l’auteur avec son histoire.

 

Edgar Hilsenrath, Le retour au pays de Jossel Wassermann, 1993.

Édité en 1995 par Albin Michel pour la traduction française et réédité au Tripode en 2016.

Pour en finir avec la question juive

Par Philippe Glesener

 

Une plaquette, cette fois, et non plus un gros livre sur un sujet que certains voudraient voir tombé dans l'oubli. En effet, par son intitulé, on pourrait penser que l'on va se retrouver à Wansee et débattre de la solution à trouver pour soulager les nazis et leurs satrapes d'aujourd'hui, de leurs obsessions insomniaques. Non point.

Et pourtant....

Lire la suite : Pour en finir avec la question juive

La Bibliothèque George Orwell présente...

Par Jérôme Delnooz, bibliothécaire

 

illuminaeAmie Kaufman, Jay Kristoff, Corinne Daniellot, Illuminae : dossier Alexander, tome 1, Casterman, 2016, 19,90€

Dans le premier tome de ce roman de science-fiction, Kady et Ezra, les deux héros, voient leur planète attaquée par BeiTech, une entreprise interstellaire, et contraints à l’exode avec d’autres survivants. Au-delà de la confrontation avec cet ennemi extérieur puissant, Kady a le sentiment que leurs autorités leur cachent des choses… Son piratage du réseau informatique va confirmer cette intuition : un autre danger est imminent ! À partir de cet élément narratif, les deux auteurs américains ont développé une mise en forme du livre réellement originale, reposant sur une succession de documents divers (reproduction de dossiers et rapports « confidentiels » hackés, fausses pages Wikipédia, plan de vaisseau…). De quoi rendre la lecture des plus dynamiques !

 

pandoraBenoît Mouchart (dir.), Pandora : revue de bande dessinée et fiction, 37 récits inédits, n°2, 1er semestre 2017, 18€

Pandore, ce personnage mythique ayant ouvert la fameuse boîte qui déversa tous les maux sur l’humanité… Il y a un peu de ça dans la démarche de cette revue. Une BD collective que l’on ouvre et de laquelle surgit des récits intimes d’antihéros névrosés, à l’identité troublée, des individus contraints par des forces qui les dépassent et qui se débattent face aux affres de nos sociétés – passées et présentes. Mais derrière cette série de cauchemars, il y a surtout le travail d’auteurs de différents horizons (Killofer, Spiegelman, Otomo…) une mosaïque de styles graphiques, de genres, d’histoires, et une recherche transmédiatique. Une vraie ode à la liberté et à la diversité ! Et si, fort de cela, elle nous invitait à émerger de ces rêves troublés mais « lucides », pour déplacer notre regard et agir à des fins… de transformation du réel ?

Lire la suite : La Bibliothèque George Orwell présente...

Canard (Mots)

Par Henri Deleersnijder

 

canardC'était il y a un peu plus de cent ans et les temps étaient alors plongés dans des turbulences meurtrières sans nom. La Grande Guerre labourait les champs d'horreur de l'Europe et ses peuples, pris dans la spirale des nationalismes, s'étripaient à qui mieux mieux dans ce qui paraît relever de nos jours d'une absurdité confondante.

La presse officielle de l'époque, au même titre que les organismes gouvernementaux, distillait des soi-disant vérités sur l'interminable conflit en cours, s'employant par un « bourrage de crânes » éhonté à ne pas saper le moral des poilus. S'activaient du coup les ciseaux d'« Anastasie », mot issu du grec Anastasia signifiant « résurrection » et désignant la censure omniprésente.

C'est dans le contexte de cette atmosphère délétère que naît, le 10 septembre 1915, un « canard » – dans le sens argotique de journal – appelé à voler dans les plumes des restrictions à la liberté d'informer. Il n'avait que quatre pages, ce frêle volatile de l'époque fondé par Maurice Maréchal ; il ne connaîtra que cinq numéros avant sa disparition le 25 octobre de la même année. Mais le 5 juillet 1916, il reparaît avec une régularité qui ne se démentira pas jusqu'aujourd'hui : Le Canard enchaîné, puisque c'est de lui qu'il s'agit bien sûr, est le plus ancien hebdomadaire de France, paraissant chaque mercredi.

Lire la suite : Canard (Mots)

Consultez toutes nos archives

am vign tous articles

Recherche

Rejoignez-nous !

En savoir plus...

Soutenez la Mémoire !

Devenezmembre

Faites leur don de vos valeurs !

Faitesdondevosvaleurs copy

Brochure "Editions"

brochure editions 2015

Soutenez nos actions

Soutenez les Territoires de la Mémoire en effectuant un don via Paypal

Plan d'accès

Contactez-nous

  • Territoires de la Mémoire asbl
  • Siège social
    Boulevard de la Sauvenière, 33-35
    4000 Liège
    accueil@territoires-memoire.be
    Téléphone : 04 232 70 60
    Fax : 04 232 70 65
  • N° d'entreprise
    453099470
453099470