Derniers articles

Centre d'éducation à la Résistance et à la Citoyenneté

Analyse du programme du Parti Populaire

42470045 1887796991307955 1022776754223185920 nLe Parti Populaire est un parti créé le 26 novembre 2009 par l’avocat Mischaël Modrikamen et l’économiste flamand Rudy Aernoudt. Il se présente d’emblée comme le représentant d’une droite décomplexée, libérale économiquement et conservatrice sur le plan des valeurs, et dit se donner pour but de rassembler les « déçus du système ». À l’époque, ce positionnement pouvait faire penser à celui de Nicolas Sarkozy en France (« droite décomplexée »). Rappelons en outre que la décision de Mischaël Modrikamen d’entrer en politique suivit de près sa performance en tant que défenseur des petits actionnaires lésés dans l’affaire Fortis, performance qui contribua à braquer les projecteurs médiatiques sur sa personne.

En presque 10 années d’existence, il faut toutefois constater une dérive de plus en plus droitière du PP, tant sur le fond que sur la forme. Une première alerte fut, en 2010, la démission/éviction du coprésident Rudy Aernoudt suite à des propos du député PP Laurent Louis qualifiés de « racistes » au sujet des Roms. Monsieur Louis put à l’époque compter sur le soutien de Mischaël Modrikamen, mais fut tout de même exclu du parti quelques temps plus tard. Depuis, Mischaël Modrikamen est devenu l’unique président du Parti Populaire.

Lire la suite : Analyse du programme du Parti Populaire

Triangle rouge/triangle vert, quand l’extrême droite s’emmêle les pinceaux !

tableau trDepuis quelques temps, les Territoires de la Mémoire ont eu vent de la volonté d’un groupuscule identitaire wallon de diffuser un triangle vert en (contre)référence à la campagne de l’association pour résister.

Lire la suite : Triangle rouge/triangle vert, quand l’extrême droite s’emmêle les pinceaux !

Inauguration de 6 nouveaux Pavés de la Mémoire

pavesMercredi 9 mai les Territoires de la Mémoire, le Centre d'Enseignement libre S2J, l'Association pour la Mémoire de la Shoah ont inauguré 6 Pavés de la Mémoire à Liège. Ces six pavés rendent hommage à la mémoire de 

Jacques Goldstein, rue Edouard Remouchamps, 27a
Emma Goldstein, rue Edouard Remouchamps, 27a
Caroline Goldstein, rue Matrognard, 7
Seindla Paiuc, rue de Waroux, 17
Mojszek Ringelheim, rue Cours Saint-Gilles, 2
Aron Wolfson, rue Vinave d’Ile, 16

Après le parcours d'inauguration, le groupe a été reçu à l’Hôtel de Ville par le Bourgmestre Willy Demeyer, qui a assisté aux interventions des jeunes participants.

La balade En marche citoyen ! inaugurée à Haccourt

Enmarchecitoyen haccourt
Ce 8 mai 2018 a été inaugurée une deuxième balade « En marche citoyen ! », une boucle de 3km dont l’arrivée et le départ se situent à l’administration communale d’Oupeye.

Après avoir participé aux commémorations, les élèves de 5e et 6e primaire des écoles d’Haccourt se sont rendus à l’administration communale d’Oupeye afin d’entamer la balade citoyenne en présence du Bourgmestre ff Serge Fillot.Par une belle matinée ensoleillée et au fil des 3km jalonnés de QRcodes, les permanents des Territoires de la Mémoire ont amené les élèves à se questionner sur la citoyenneté. D’hier à aujourd’hui, différents thèmes ont porté la réflexion : Quels liens entre la démocratie et la préservation des droits et libertés ? Que faire pour « résister » aujourd’hui ? Pourquoi se souvenir du passé et tâcher de le comprendre ?

La journée s’est poursuivie par un repas et une visite de l’asbl Racynes. Les élèves ont ainsi pu réaliser divers ateliers ludiques dans les murs de cette association dédiée à l’action sociale, à la jeunesse et au logement.

Ouverte à tous et praticable avec ou sans smartphone, la balade « En marche citoyen ! » d’Haccourt est à votre disposition pour des balades à la fois récréatives et réflexives. Deux façons de vivre la balade sont à votre disposition : en scannant les QR codes disséminés le long du parcours et menant à des questions et animations ou en vous rendant à l’administration communale pour obtenir une version papier des questions posées au fil du chemin.

 

 

Commémoration de 25e anniversaire du génocide des Tutsi au Rwanda - Appel à projets extraordinaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles

img accueilDans le cadre du décret du 13 mars 2009 relatif à la transmission de la mémoire, la Fédération Wallonie-Bruxelles lance trois appels à projets extraordinaires :

- un appel visant à recueillir, à valoriser, à exploiter ou à préserver des témoignages

- un appel visant à organiser des visites de lieux de mémoire et des séminaires à destination des enseignants ;

- un appel en lien avec l’objet du décret (art.17) à l’exclusion des projets visés aux articles 15 et 16 du décret.

Les dossiers introduits dans le cadre de ces appels extraordinaires devront porter exclusivement sur des projets en lien avec la commémoration du 25ème anniversaire du génocide des Tutsi au Rwanda.

Les appels à projets sont ouverts du 2 mai 2018 au 14 septembre 2018. Seules les candidatures remises par des personnes morales sans but lucratif ou par des établissements scolaires organisés ou subventionnés par la Fédération Wallonie-Bruxelles sont recevables.

NB. L’appel annuel récurrent portant lui sur l’ensemble des thématiques visées par le décret sera ouvert du 16 août au 28 septembre 2018

Cahier des charges des appels à projets extraordinaires

Cahier des charges des appels à projets extraordinaires

Formulaire de candidature article 15 Témoignages

Formulaire de candidature article 16 Visites

Formulaire de candidature article 16 Séminaires

Formulaire de candidature article 17

Le Parlement de Wallonie se souvient

comitéMemoireetDemocratie webPartenaires du réseau Territoire de Mémoire, le comité Mémoire et Démocratie du Parlement de Wallonie a voulu commémorer la fin de la Première Guerre mondiale le 27 avril dernier. Au programme de la journée : visite du fort de Loncin et de sa nécropole, réception au Parlement germanophone et conférence de Dr. Christoph Brüll (Senior Research Scientist Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History University of Luxembourg et Maître de conférences Département des sciences historiques à l’Université de Liège) : Le rattachement à la Belgique des cantons d’Eupen et de Malmedy.

Une journée particulière pour la mémoire

Visteauscwitz web A l’initiative de Monsieur Rudy Demotte, Ministre-Président de la Fédération Wallonie Bruxelles, 160 représentants des différentes religions et de la laïcité se sont rendus dans le camp nazi d’Auschwitz – Birkenau.

Au-delà de la découverte de ce lieu hautement symbolique d’une histoire qui a bouleversé durablement toute l’humanité, ce fut surtout une très belle rencontre entre des personnes qui n’ont pas souvent l’habitude d’échanger sur leurs opinions. Nous sommes tous des citoyens du monde.

Résistez aux programmes de partis qui menacent nos libertés fondamentales

resistez islamTous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité1.

Séparer les hommes et les femmes dans les transports en commun, ne pas placer une femme en tête de liste, appliquer la charia : le parti Islam a présenté le 6 avril quelques axes de son programme et de sa stratégie politique. Il s’agit de propositions de destruction de libertés fondamentales de chaque citoyenne et citoyen, en particulier de l’égalité homme-femme2. Le parti Islam a annoncé qu’il se présenterait dans 28 communes à Bruxelles et en Wallonie lors des élections communales d’octobre.

En arguant de la liberté d’expression, de religion, ou encore de réunion et d’association, le parti Islam utilise une liberté pour détruire une autre liberté. Ce type d’usage qui, par le passé, a amené de nombreux partis d’extrême droite devant les tribunaux est spécifiquement interdit par les conventions qui protègent les droits fondamentaux de chacun.e d’entre nous et s’appelle un « abus de droit »3.

Par ailleurs, les libertés d’expression et de religion, notamment, ne sont pas absolues. Elles peuvent faire l’objet de restrictions dans une société démocratique pour assurer la sécurité publique, la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou la protection des droits et libertés d’autrui. Le parti Islam commet donc avec ces propositions, un abus de droit anti-démocratique et liberticide, à l’image de nombreux partis d’extrême droite.

Le Triangle Rouge est le symbole de la résistance aux idées qui menacent nos libertés fondamentales depuis de nombreuses années. Porté sous forme d'un pin's, il permet à chacun de rappeler discrètement que la plupart des citoyens refusent de céder aux idées haineuses, racistes, sexistes ou liberticides.

Portez le Triangle Rouge pour résister aux programmes de partis qui menacent nos libertés fondamentales !

 

http://trianglerouge.be/abusdedroit/ 

 

Sources

https://www.courrierinternational.com/article/belgique-faut-il-interdire-le-parti-islam

https://www.lecho.be/opinions/carte-blanche/Marc-Uyttendaele-Le-parti-Islam-nargue-la-democratie-Il-nargue-nos-valeurs/9999967

http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/les-musulmans-consternes-les-membres-du-parti-islam-sont-des-imposteurs-5acb673acd702f0c1acba542http://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/

https://www.echr.coe.int/Documents/Convention_FRA.pdf 

1. Article 1er de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Le 10 décembre 1948, les 58 États membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot. Ecrit et convenu à la sortie d’une période traumatisante pour l’humanité (la Seconde Guerre mondiale), ce texte précis et circonstancié reste d’une actualité indéniable et constitue une source d’inspiration incontestable.

2. Article 2 de la Déclaration universelle des droits de l’homme

3. Article 17 de la Déclaration universelle des droits de l’homme

Appel au boycott des ministres FPÖ et de la présidence autrichienne du Conseil de l’UE

boycottLes signataires de cette carte blanche lancent un appel international afin de poursuivre l’initiative de boycott des politiques d’extrême droite en Autriche. Cet appel a été signé par plusieurs personnalités de la société civile autrichiennes et non-autrichiennes, ainsi que 96 parlementaires de 35 pays. (...)

(...)ce n’est pas seulement parce qu’il a été fondé par d’anciens SS et pour sa nostalgie du IIIe Reich que le FPÖ doit être vigoureusement combattu, mais surtout pour ce qu’il est aujourd’hui : un parti radicalement raciste, antisémite, homophobe, sexiste, xénophobe et antidémocratique, avec une forte dimension pro-fasciste.

Appel au boycott des ministres FPÖ et de la présidence autrichienne du Conseil de l’UE -carte blanche par un collectif de signataires dont Jacques Smits, directeur de Les Territoires de la Mémoire, asbl et Mendel Goldstein, président du Centre Communautaire Laïc Juif (CCLJ) | Le Soir (12.03)

Retrouvez l'article en suivant ce lien

Plus d’une centaine de villes et Communes refusent les visites domiciliaires

non visite domiciliaire inviolableLe projet de loi sur les « visites domiciliaires » fait réagir bien des citoyens, des Villes et des Communes soucieux des valeurs démocratiques et des libertés fondamentales. Manifestations, cartes blanches, pétitions, interpellations... Les Territoires de la Mémoire ont contribué à tirer le signal d’alarme avec #inviolable, rappelant leur engagement à ne pas reproduire les erreurs du passé.

Lire la suite : Plus d’une centaine de villes et Communes refusent les visites domiciliaires

Décès de Gilbert Becker

GilbertBecker copyNous apprenons aujourd'hui le décès de Monsieur Gilbert Becker, membre fondateur des Territoires de la Mémoire et ancien Président. L'association présente à la famille de Gilbert et à ses proches des condoléances sincères et empreintes d’une grande tristesse.

"Mais qu'est-ce qu'on fout là?!"

"La beauté, c’est de faire valoir le devoir moral et humain, celui que notre Etat a choisi de ne pas faire valoir. C’est un devoir pour ceux qui ont les moyens grâce au pouvoir que nous leur avons concédé."

Le 27 février, La Libre Belgique publie en ses pages cette carte blanche qui va droit au coeur et rappelle avec émotion les devoirs de notre gouvernement concernant l'accueil des migrants.

Lire la suite : "Mais qu'est-ce qu'on fout là?!"

arrestations de sans-papiers : nous ne nous laisserons pas instrumentaliser !

cireCe vendredi 9 février, un cap supplémentaire a été franchi dans la lutte frénétique du gouvernement fédéral contre les personnes migrantes: des sans-papiers ont été arrêtés au sein même des locaux d’une association du secteur artistique. Un cap que nous, 222 organisations des secteurs associatif, syndical, culturel, artistique, social, humanitaire et médical, ainsi que des collectifs de sans-papiers, n’aurions pu imaginer il y a quelques années.

Nous refusons d’être instrumentalisés et exigeons la libération immédiate de Jiyed et Mounir !

 

Lire la suite : arrestations de sans-papiers : nous ne nous laisserons pas instrumentaliser !

Autriche : L'extrême droite est toujours inacceptable !

Face au silence généralisé suite à la montée de l'extrême droite au pouvoir, les Territoires de la Mémoire rejoignent et signent l'appel au boycott lancé par le Mouvement antiraciste européen. 

Autriche : Il Faut Boycotter les Ministres d’Extrême-Droite et la Présidence du Conseil de l’UE

Ne détournons pas les yeux : ce sont bien les héritiers du nazisme qui sont entrés en position de force dans le nouveau gouvernement autrichien. Nous sommes tous concernés car nous sommes tous menacés par leur funeste idéologie de haine. La démocratie et l’Europe font face à un nouveau coup de boutoir, qui pourrait leur être fatal. C’est une étape dangereuse.

Pourtant, c’est dans un silence et une apathie coupables que les chancelleries comme la rue ont accueilli cette nouvelle.Nous refusons l’idée selon laquelle la progression du nationalisme et la fin de la démocratie seraient une fatalité, et l’action contre les héritiers du nazisme, inutile voire illégitime. Au contraire, nous pensons qu’il est de la responsabilité éthique, citoyenne et politique de tous de se confronter résolument à eux.

C’est pourquoi nous appelons à la mise au ban de l’Europe de ce gouvernement autrichien.

 

En pratique, cela signifie que les ministres autrichiens d’extrême-droite ne doivent être reçus par aucun de leurs homologues européens, qui ne doivent participer à aucune réunion ou rencontre avec eux.

Cela signifie également le boycott par les Chefs d’Etats et de gouvernements de la présidence autrichienne du Conseil de l’Union Européenne, entre le 1er juillet et le 31 décembre 2018.Ce n’est pas en laissant se déployer avec permissivité les idéologies qui ont amené à sa destruction que l’avenir de l’Europe peut être bâti, mais en combattant vigoureusement pour ses valeurs humanistes fondamentales.

Il en va de la nature de notre destin partagé.

Benjamin Abtan, président du Mouvement antiraciste européen – EGAM, et Bernard Kouchner, ancien Ministre des Affaires étrangères (France)

 

Avec : Beate et Serge Klarsfeld, dirigeants des Fils et Filles des déportés juifs de France, Ambassadeurs honoraires et Envoyés spéciaux de l’UNESCO pour l’enseignement de l’histoire de la Shoah et la prévention du génocide (Allemagne & France), José Ramos-Horta, Prix Nobel de la Paix, ancien président de la République démocratique du Timor-Oriental, Miguel-Angel Moratinos, ancien ministre des Affaires étrangères (Espagne), Kim Campbell, ancienne première ministre du Canada, présidente du World Movement for democracy (Canada), Livia Fränkel, présidente de l’association des rescapés de la Shoah (Suède), Vojtěch Blodig, Directeur adjoint du Mémorial du camp de concentration de Terezin (République Tchèque), Danis Tanovic, cinéaste (Bosnie-Herzégovine), Rithy Panh, écrivain, cinéaste (Cambodge, France), Oliviero Toscani, artiste plasticien (Italie), Jovan Divjak, ancien général commandant le 1er Corps d’Armée de l’armée de la République de Bosnie et d’Herzégovine, défenseur de Sarajevo assiégée, Directeur Exécutif de « Education Builds Bosnia and Herzegovina » (Bosnie-Herzégovine), Willy Silberstein, président du Comité contre l’antisémitisme (Suède), Richard Prasquier, ancien président du Conseil représentatif des institutions juives de France – CRIF, ancien président de Yad Vashem France, Pascal Bruckner, essayiste (France), Evelynne Garbacz, directrice des programmes de la Fondation Yad Vashem (Grande-Bretagne), Gérad Biard, rédacteur-en-chef de Charlie Hebdo (France), Naomi Kramer, présidente de la Fondation pour la prévention des génocides et l’éducation sur la Shoah (Canada), Oriol López-Badell, Coordinateur de l’Observatoire européen des mémoires (Espagne),  Alain Goldschläger, ancien président du Comité académique de l’International Holocaust Remembrance Alliance, professeur (Canada), Felicia Waldman, professeure au Goldstein Goren Center for Hebrew Studies de l’Université de Bucarest, cheffe adjointe de délégation nationale à l’International Holocaust Remembrance Alliance (Roumanie), Jacques Smits, directeur des Territoires de la mémoire (Belgique), Audrey Pulvar, Presidente de la Fondation Nicolas (France).

Ne détournons pas les yeux : ce sont bien les héritiers du nazisme qui sont entrés en position de force dans le nouveau gouvernement autrichien. Nous sommes tous concernés car nous sommes tous menacés par leur funeste idéologie de haine. La démocratie et l’Europe font face à un nouveau coup de boutoir, qui pourrait leur être fatal. C’est une étape dangereuse.
Pourtant, c’est dans un silence et une apathie coupables que les chancelleries comme la rue ont accueilli cette nouvelle.Nous refusons l’idée selon laquelle la progression du nationalisme et la fin de la démocratie seraient une fatalité, et l’action contre les héritiers du nazisme, inutile voire illégitime. Au contraire, nous pensons qu’il est de la responsabilité éthique, citoyenne et politique de tous de se confronter résolument à eux.

 

C’est pourquoi nous appelons à la mise au ban de l’Europe de ce gouvernement autrichien.

En pratique, cela signifie que les ministres autrichiens d’extrême-droite ne doivent être reçus par aucun de leurs homologues européens, qui ne doivent participer à aucune réunion ou rencontre avec eux.
Cela signifie également le boycott par les Chefs d’Etats et de gouvernements de la présidence autrichienne du Conseil de l’Union Européenne, entre le 1er juillet et le 31 décembre 2018.Ce n’est pas en laissant se déployer avec permissivité les idéologies qui ont amené à sa destruction que l’avenir de l’Europe peut être bâti, mais en combattant vigoureusement pour ses valeurs humanistes fondamentales.
Il en va de la nature de notre destin partagé.

 

Benjamin Abtan, président du Mouvement antiraciste européen – EGAM, et Bernard Kouchner, ancien Ministre des Affaires étrangères (France)

Avec : Beate et Serge Klarsfeld, dirigeants des Fils et Filles des déportés juifs de France, Ambassadeurs honoraires et Envoyés spéciaux de l’UNESCO pour l’enseignement de l’histoire de la Shoah et la prévention du génocide (Allemagne & France), José Ramos-Horta, Prix Nobel de la Paix, ancien président de la République démocratique du Timor-Oriental, Miguel-Angel Moratinos, ancien ministre des Affaires étrangères (Espagne), Kim Campbell, ancienne première ministre du Canada, présidente du World Movement for democracy (Canada), Livia Fränkel, présidente de l’association des rescapés de la Shoah (Suède), Vojtěch Blodig, Directeur adjoint du Mémorial du camp de concentration de Terezin (République Tchèque), Danis Tanovic, cinéaste (Bosnie-Herzégovine), Rithy Panh, écrivain, cinéaste (Cambodge, France), Oliviero Toscani, artiste plasticien (Italie), Jovan Divjak, ancien général commandant le 1er Corps d’Armée de l’armée de la République de Bosnie et d’Herzégovine, défenseur de Sarajevo assiégée, Directeur Exécutif de « Education Builds Bosnia and Herzegovina » (Bosnie-Herzégovine), Willy Silberstein, président du Comité contre l’antisémitisme (Suède), Richard Prasquier, ancien président du Conseil représentatif des institutions juives de France – CRIF, ancien président de Yad Vashem France, Pascal Bruckner, essayiste (France), Evelynne Garbacz, directrice des programmes de la Fondation Yad Vashem (Grande-Bretagne), Gérad Biard, rédacteur-en-chef de Charlie Hebdo (France), Naomi Kramer, présidente de la Fondation pour la prévention des génocides et l’éducation sur la Shoah (Canada), Oriol López-Badell, Coordinateur de l’Observatoire européen des mémoires (Espagne),  Alain Goldschläger, ancien président du Comité académique de l’International Holocaust Remembrance Alliance, professeur (Canada), Felicia Waldman, professeure au Goldstein Goren Center for Hebrew Studies de l’Université de Bucarest, cheffe adjointe de délégation nationale à l’International Holocaust Remembrance Alliance (Roumanie), Jacques Smits, directeur des Territoires de la mémoire (Belgique), Audrey Pulvar, Presidente de la Fondation Nicolas (France).

Rejoignez-nous !

En savoir plus...

Soutenez la Mémoire !

Devenezmembre

Faites leur don de vos valeurs !

Faitesdondevosvaleurs copy

Portez le pin's

vignette trianglerouge

Soutenez nos actions

Soutenez les Territoires de la Mémoire en effectuant un don via Paypal

Plan d'accès

Contactez-nous

  • Territoires de la Mémoire asbl
  • Siège social
    Boulevard de la Sauvenière, 33-35
    4000 Liège
    accueil@territoires-memoire.be
    Téléphone : 04 232 70 60
    Fax : 04 232 70 65
  • N° d'entreprise
    453099470
453099470