Assez rigolé, on va voter !

provoteLe 5 mai, la plate-forme pluraliste ProVote a lancé une campagne de sensibilisation au vote démocratique et de lutte contre l’abstention intitulée « Ceux qui ne veulent pas aller voter, ils disent quoi ? ». Une campagne humoristique et non-moralisatrice soutenue par la Région wallonne, la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Région de Bruxelles-Capitale.

 

Alors que les sondages annoncent un taux d’abstention particulièrement élevé pour les élections du 25 mai prochain, plusieurs associations d’Education permanente et organisations syndicales (CAL, CGSLB, CLARA, ETOPIA, FGTB, CIEP-MOC, PAC et les Territoires de la Mémoire) ont décidé d'unir leurs efforts pour enrayer le phénomène.

La campagne de la plate-forme ProVote, qui entend défendre implicitement les valeurs démocratiques de liberté, d’égalité et de solidarité, vise donc à rappeler de manière inattendue, interpellante voire amusante, l’importance pour chaque citoyen d’exercer son droit de vote.

L’obligation de voter existe en Belgique depuis 1893. A l’époque, le suffrage universel venait d’être introduit… Enfin, « universel », pas vraiment, puisque les femmes étaient toujours exclues de ce droit fondamental et que, par ailleurs, le système était « tempéré » par un vote plural accordant plusieurs voix à certains électeurs privilégiés. Il a ainsi fallu attendre les lendemains de la première guerre mondiale pour que la Belgique abandonne le vote plural (1920) et les lendemains de la seconde guerre mondiale pour qu’enfin hommes et femmes obtiennent un droit vote équitable (1948).

Mais, comme le soulignait encore récemment Jean Faniel, le directeur du CRISP, « ce qui à l’époque était perçu comme une victoire démocratique est désormais envisagé par de nombreux citoyens et citoyennes comme une obligation pesante et ennuyeuse ». A tel point qu’aujourd’hui certains électeurs se détournent des urnes à chaque échéance électorale. Parmi les profils les plus abstentionnistes, on retrouve les jeunes (18 – 30 ans), les publics fragilisés, les personnes âgées et une petite frange des plus nantis.

La plate-forme PROVOTE a donc décidé d’enrayer ce mouvement de désintérêt en lançant cette campagne de sensibilisation « Ceux qui ne vont pas voter, ils disent quoi ? » afin de motiver ou de remotiver les électeurs et électrices déçus, indécis ou mécontents, à exprimer leur opinion à l’occasion des élections du 25 mai. Cette campagne qui se veut avant tout humoristique et non moralisatrice, se déclinera via les réseaux d’affichage, sur internet, via les réseaux sociaux ainsi que sur les médias propres à chaque membre de la plate-forme. Des spots télé et radio seront aussi diffusés sur la RTBF, sur RTL TVI et BEL RTL ainsi que sur les télévisions communautaires/locales francophones. Des visuels paraitront également dans plusieurs grands quotidiens, et ce afin de donner la plus large résonnance possible à cette campagne sur l’ensemble du territoire de la Fédération Wallonie Bruxelles.

Pour élaborer cette campagne, la plate-forme PROVOTE s’est entourée de professionnels de la communication, l’agence « Bonjour », qui a notamment réalisé la campagne de lutte contre les violences conjugales « Fred et Marie ». Un site internet www.faussesbonnesexcuses.be est dédié à cette campagne.