La médiathèque présente... (Aide-mémoire, 60, avril-juin 2012

La Médiathèque présente

Par Émilie Latour, Sophie Moreau et Michel Recloux

Livres recensés:


Seconde Guerre mondiale

60-01Emmanuel Bodard, Marie-Christine Claes et Axel Tixhon, Namur à l'heure allemande 1914-1918, Presses universitaires de Namur, 2010, 20€
Écrit en complément de deux expositions et d'un colloque, ce livre nous donne à voir une méthode de recherches historiques et son résultat. L'utilisation de sources photographiques (Ernest Delvigne, Fernand Gilles, etc.) permet d'appréhender la vie à Namur sous l'occupation allemande.

 

 


60-02Jonas Campion, Les gendarmes belges, français et néerlandais à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, André Versaille, 2011, 39,90 €
Les gendarmes sont restés gendarmes pendant la Seconde Guerre mondiale, ils ont continué leurs missions de maintien de l'ordre, qui se voulait « nouveau ». Certains ont subi la cohabitation avec les Allemands, d'autres l'ont cautionnée. Après la guerre, il a fallu juger ces comportements. Ce livre présente une analyse croisée de la gendarmerie belge, française et néerlandaise de l'avant à l'après-Seconde Guerre mondiale.

 


60-03Celine Rase, Les ondes en uniforme : la propagande de Radio Bruxelles en Belgique occupée (1940-1944), Presses Universitaires de Namur, 2011, 16€
Le 31 juillet 1940, Radio Bruxelles est officiellement créée par... l'occupant allemand ! Sous des dehors appréciables et une opportunité de loisir non négligeable, cette radio sert d'outil de propagande. Heureusement, cette tentative d'être omniprésent dans tous les foyers belges se solda par un échec. Cet ouvrage, qui est en fait un mémoire réalisé dans le cadre d'un master en Histoire, retrace clairement et fidèlement cet aspect de l'endoctrinement nazi dans notre pays.

 


  60-04tm-coeurBeroy et Toussaint, À l'ombre du convoi : le poids du passé (T1), Casterman, 2012, 13€
La nuit du 12 au 13 novembre 1943, un convoi de déportés juifs quitte Bruxelles pour Auschwitz. Olya Van Horn, jeune juive allemande réfugiée en Belgique, s'y remémore son parcours depuis le jour où elle a dû quitter Hambourg suite à la montée du nazisme jusqu'à sa déportation. Cette bande dessinée retrace les destins de trois personnes amenées à se croiser. Après Olya surviennent Wilhem, un jeune Allemand membre de la police allemande et Théo, membre d'un petit groupe de résistance belge et amant d'Olya. « À l'ombre du convoi », qui s'articulera sur deux volumes, s'inspire d'un épisode réel de la Seconde Guerre mondiale en Belgique. À lire et à découvrir sans modération !

60-05Louis Fierens, Prêtre chez les SS, Jourdan Editions, coll. « 39-45, carnets de guerre », 2011, 16€
En 1942, le prêtre Louis Fierens part pour le Front de l'Est aux côtés des jeunes de la Légion wallonne. Il a eu le choix entre conserver son poste de professeur au sein d'un collège bruxellois ou devenir aumônier chez les SS. Pourquoi a-t-il choisi cette voie-là ? Nul ne le saura jamais vraiment. La manière dont ce récit de guerre est rédigé peut faire penser que ce prêtre a simplement voulu apporter son aide et un soutien moral aux légionnaires. Cependant, il ne faut pas oublier que les membres de cette légion, qu'ils aient combattu ou non, étaient, quoi qu'on en dise, des collaborateurs du régime nazi.

60-06Jean-François Nadeau, Adrien Arcand : führer canadien, Editions Lux ,2010, 23€
Adrien Arcand, journaliste et homme politique canadien de tendance nazie, dirigea d'une main de fer plusieurs mouvements politiques d'extrême droite dans son pays. Ses journaux servirent d'outil de propagande et aidèrent à rallier à la cause du national-socialisme un grand nombre de Canadiens désœuvrés au sortir de la crise économique de 1929. Étroitement lié aux milieux fascistes internationaux, il n'abandonna jamais son programme et ses idées malgré son emprisonnement et la fin de la Seconde Guerre mondiale.



60-07Philippe Jarbinet, Airbone 44 : Destins croisés (T2), Casterman, 2012, 12€
Suite des aventures de Gavin et Joanne. Sur fond de papier photo, c'est l'enfer des combats en Normandie qui nous est une nouvelle fois décrit, ainsi que le cheminement de ce soldat américain, Gavin, qui combat dans un pays qui n'est pas le sien. Voyage plus que réaliste, de par les illustrations et la description des sentiments des personnages, au cœur de la Seconde Guerre mondiale, qui laissera des marques psychologiques, mais également physiques...



60-08Christian Philippart, Entre faits de vie et faits de guerre, Les éditions namuroises, 2010, 24€
Six villages namurois sont plongés dans l'horreur de la guerre : Arbre, Bois-de-Villers, Lesve, Lustin, Profondeville et Rivière. Cet ouvrage présente de manière fascinante et très détaillée la vie quotidienne, mais également les expériences de guerre des habitants, de 1938 à 1945. Les informations, présentées sous des formes très diverses (extraits de gazettes, correspondances, rapports d'autopsie, témoignages, photographies, etc.), révèlent toute l'authenticité de cette période difficile. La peur, la faim, la perte d'êtres chers, pour certains l'exil ou encore la résistance, autant d'émotions et d'expériences constituant un témoignage précieux pour l'histoire.

60-09Jean-Jacques Messiaen, Geli, Editions des Champs, 2009, 6€
Il est évident, lorsqu'on évoque la vie sentimentale d'Hitler, que le premier nom qui nous vient à l'esprit est celui d'Eva Braun, et non celui de Geli. Pourtant, cette jeune fille a vécu avec Hitler, son oncle, une relation ambiguë et obsessionnelle. Dans cette pièce de théâtre, Jean-Jacques Messiaen met en scène cette trouble liaison, toujours sous forme de sous-entendus, ainsi que les sentiments contradictoires d'amour et de haine des deux personnages.


 

Illustrations

  60-10tm-coeurCatel Muller et José-Louis Bacquet, Olympe de Gouges, Casterman, 2012, 24€
Cette biographie d'Olympe de Gouges illustre, par le biais d'une bande dessinée, toute la force de conviction et le courage de cette femme. Principalement célèbre pour son texte « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne », Olympe de Gouges s'est également battue pour d'autres causes telles que l'abolition de l'esclavage. Devenue veuve après un premier mariage désastreux, Olympe décide de vivre ses passions sans plus aucune alliance. Pour elle, « le mariage est le tombeau de l'amour ». Cette première décision sera la source de tous ses combats postérieurs, jusqu'à sa mort. Elle fut guillotinée le 3 novembre 1793.

60-11Tito, Le choix d'Ivana, Casterman, 2012, 15€
Histoire d'une famille brisée par la première guerre de 1991 en ex-Yougoslavie. Ivana perd ses parents qui défendaient Sarajevo. Violée, elle tombe enceinte. La pauvreté l'oblige à faire adopter son bébé. En 2008, elle part à sa recherche. Histoire triste et dessin classique.

 

 

 

 


60-12Maryse & Jean-François Charles, Frédéric Bihel, Africa Dreams. Dix volontaires sont arrivés enchaînés, Casterman, 2012, 13€
Bande dessinée sur la colonisation du Congo par le roi Léopold II. Ce deuxième tome décrit une nouvelle fois l'horreur des traitements infligés aux « indigènes » alors que s'amorcent les premières prises de conscience de cet esclavage. L'histoire met en parallèle deux combats : celui d'Edmund Dene Morel, journaliste britannique découvrant une cargaison de chaînes envoyées vers le Congo et luttant pour arrêter ce carnage, et le combat de Léopold II, prêt à tout pour enrichir toujours plus son pays.

  60-13tm-coeurEric Borg et Alex Talamba, Sidi Bouzid Kids, Casterman, coll. « KSTR », 2012, 16€
Cette BD-documentaire nous emmène à Sidi Bouzid, ville tunisienne et point de départ du Printemps arabe. On y trouve Mohammed Bouazizi, un jeune homme qui, désespéré de sa condition et de l'abus de pouvoir des autorités, va s'immoler par le feu. Son geste ne sera pas vain car ses amis vont le venger et permettre au peuple de se révolter. Par le biais du neuvième art, Eric Borg et Alex Talambra, nous permettent de comprendre cette page de l'histoire de la Tunisie, qui va enflammer le monde arabe, autrement que via les journaux et reportages mais sans pour autant compromettre la véracité des événements.

60-14Nate Powell, Mark Long et Jim Demonakos, Le silence de nos amis, Casterman, 2012, 15€
Fiction basée sur des faits réels relatant les manifestations civiques de 1967 à Houston. D'une part, le quotidien d'une famille blanche, d'autre part celui d'une famille noire en proie au racisme. Malgré l'aversion pour la communauté noire qui grandit au fil du livre, les deux pères de famille se lient d'amitié. Un chauffard blanc renversant une petite fille noire sur Wheeler sera l'élément déclencheur d'une émeute tristement célèbre. Des morts, un procès et, au final, une justice équitable ?

 



  60-15tm-coeurLéonard Cheminaux et James Carlos Blake, Les amis de Pancho Villa, Rivages /Casterman, coll. Noir, 2012, 18€

Par le prisme de la vie de Rodolfo Fierro, ami et compagnon de Pancho Villa, c'est toute la violence et la lutte pour le peuple de la révolution mexicaine du début du XXe siècle qui sont mises en images avec force et talent. Le scénario se base sur le texte paru en 2005 dans la collection Rivages Noir qui est « Une épopée de la chair au déploiement sublime » dixit Les Inrockuptibles.



Essais

60-16Dépasser la haine, construire la paix : témoignages de paix de la région des Grands Lacs, Couleur Livres, 2011, 23€
« Il est trop facile de "dénoncer la barbarie de l'autre". Il nous faut "apprendre à lutter contre notre propre barbarie" ».Les témoignages repris ici sont ceux du refus de la haine, d'envie de justice et porteurs de paix. Chaque témoignage recueilli par Sandra Korol est accompagné d'une photo de Serge Boulaz. Le Cd audio regroupe en six thèmes et 59 minutes des extraits des témoignages.



60-17Valérie Ganem, La désobéissance à l'autorité : l'énigme de la Guadeloupe, PUF, 2012, 18€
En Guadeloupe, la résistance des salariés à l'intérieur des entreprises semble prendre une forme différente que certains ont expliquée de manière simpliste et naturaliste. L'auteur après enquête montre qu'il n'en est rien. La désobéissance dans le milieu salarié est une lutte contre la souffrance. « Là où la soumission ou le consentement peuvent être considérés comme un soulagement, ici elle est insupportable. »