nouveautés

Centre d'éducation à la Résistance et à la Citoyenneté

La Médiathèque présente... (Aide-mémoire, 62, octobre-décembre 2012)

Par Michel Recloux

 

  • Michel Kichka, Deuxième génération : ce que je n’ai pas dit à mon père, Dargaud, 2012
  • Nury, Fabien, La mort de Staline. 2 : Funérailles, Dargaud, 2010-2012
  • Olivier Luminet (dir), Belgique-Belgïe : un État, deux mémoires collectives ?, Mardaga, 2011
  • Jacques-Philippe Leyens, Sommes-nous tous racistes ? Psychologie des racismes ordinaires, Mardaga, 2012
  • Zahra Ali, Féminismes islamiques, La Fabrique, 2012
  • Fanny Wille et Kris Deschouwer, À propos d’hommes et de pouvoir, Academic and Scientific Publishers, 2012
  • Serge Demoulin, Le carnaval des ombres, Lansman, coll. « Théâtre à vif », 2012
  • Fabrice Midal, Auschwitz, l’impossible regard, Seuil, 2012
  • Ian Kershaw, La Fin : Allemagne 1944-1945, Seuil, 2012
  • Fabrice d’Almeida, Ressources inhumaines, Fayard, 2011
  • Sergio Salma, Marcinelle 1956, Casterman, coll. « Écritures », 2012
  • Éric Hazan, Une histoire de la Révolution française, La Fabrique, 2012
  • Alexandre Dézé, Le Front national : à la conquête du pouvoir ?, Armand Colin, coll. « Éléments de réponse », 2012.
  • Franck, Vautrin, Veber, Les aventures de Boro, reporter photographe : 3 : le temps des cerises, Casterman, 2012

 

 

62-1Michel Kichka, Deuxième génération : ce que je n’ai pas dit à mon père, Dargaud, 2012
Michel Kichka parle de la vie avec son père, Henri, seul survivant de sa famille disparue à Auschwitz, d’une jeunesse passée à l’ombre du génocide jusqu’à son installation en Israël. Ce roman graphique nous raconte les relations d’un fils avec son père, le moyen de créer sa propre identité quand on est présenté comme une revanche sur Hitler.




62-2tm-coeur Nury, Fabien, La mort de Staline. 2 : Funérailles, Dargaud, 2010-2012
Suite et fin mélangeant le vrai et le faux de la dure lutte de succession qu’ont menée les apparatchiks du système stalinien à la mort de leur petit père. Bien que ce soit une fiction, les auteurs précisent qu’ils n’ont pas eu besoin de « forcer leur imagination » pour décrire la folie furieuse de Staline et de ses comparses que furent Beria, Khrouchtchev, Molotov et les autres …

 



62-3Olivier Luminet (dir), Belgique-Belgïe : un État, deux mémoires collectives ?, Mardaga, 2011
La mémoire collective et le nationalisme. Pour les auteurs, la crise communautaire (ne parlons pas de crises au pluriel) qui sévit en Belgique depuis de nombreuses années a notamment sa source dans la compréhension qu’a chaque communauté des événements passés. Ce livre fait appel à des disciplines différentes (psychologie, histoire, science politique…) pour analyser l’érosion de la Belgique en tant qu’entité nationale. « Comment les souvenirs que les Belges ont de leur passé nationale influencent la crise actuelle de leur pays ».




62-4Jacques-Philippe Leyens, Sommes-nous tous racistes ? Psychologie des racismes ordinaires, Mardaga, 2012
Face au « psychologiquement correct », le je-ne-suis-pas-raciste, l’auteur propose de reconnaître d’abord la part de comportements racistes que nous manifestons consciemment ou pas, condition nécessaire (mais pas suffisante) pour lutter contre le rejet des autres.

 

 



62-5Zahra Ali, Féminismes islamiques, La Fabrique, 2012
Regroupant des textes d’auteures de pays différents, ce livre « est en rupture avec l’orientalisme et le racisme qui caractérisent les débats et les controverses sur les femmes et l’islam aujourd’hui. Il s’agit de rompre avec les approches oppositionnelles binaires et de montrer à la fois la complexité d’un sujet, en passant par sa déconstruction, tout en affirmant l’importance d’un positionnement fondamental de départ : la nécessité de décoloniser et de désessentialiser toute lecture du féminisme et de l’islam ». Il montre comment des féministes musulmanes posent la question de l’égalité en Iran, en Malaisie, en Égypte, en Syrie et en France.



62-6Fanny Wille et Kris Deschouwer, À propos d’hommes et de pouvoir, Academic and Scientific Publishers, 2012
Le sous-titre explicite le contenu du livre « la formation des coalitions au sein des communes belges ». Les auteurs ont recueilli des données dans 10 communes flamandes et 10 communes wallonnes sur les comportements des partis et de leurs membres dans le cadre des élections communales. Et comme écrit dans une fin de chapitre, si « les coalitions communales sont une matière locale », les communes ne sont pas des îles solitaires dans le monde politique belge.

 



62-7tm-coeurSerge Demoulin, Le carnaval des ombres, Lansman, coll. « Théâtre à vif », 2012
Texte de la pièce de théâtre racontant le mal-être des Belges des cantons de l’est quand on leur dit qu’ils viennent des « cantons rédimés, de chez les boches ». Si certains ont participé de gaieté de cœur au combat aux côtés des nazis, ce n’est pas le cas pour la plupart des ces enrôlés de force, blessés, morts au Front de l’Est dans la Wehrmacht ou faisant le salut nazi sous l’uniforme de la Hitlerjugend. Le tabou autour de « malgré-nous » dans l’est de la Belgique se brise de plus en plus et c’est tant mieux et merci à l’auteur qu’y participe par cette pièce autobiographique.



62-8Fabrice Midal, Auschwitz, l’impossible regard, Seuil, 2012
La Shoah, la catastrophe, est indépassable, il faut l’habiter sans nécessairement vouloir en tirer des leçons. L’auteur, d’origine juive, se propose d’aborder dans cet essai philosophique les thèmes récurrents de la Shoah (devoir de mémoire, banalité du mal, eugénisme…) et d’en démontrer leurs limites. « Il ne faut pas se remettre de l’extermination. Ne rien chercher à alléger. » (p. 191)

 

 



62-9Ian Kershaw, La Fin : Allemagne 1944-1945, Seuil, 2012
11 ans après sa somme sur Hitler, Ian Kershaw écrit sur la fin de la Seconde Guerre mondiale. De l’attentat initié par von Stauffenberg à la capitulation du 8 mai, qu’est-ce qui a poussé les nazis à tant d’obstination vers une destruction totale ? C’est ce à quoi s’essaie cet essai.

 

 




62-10tm-coeurFabrice d’Almeida, Ressources inhumaines, Fayard, 2011
Cet essai présente les techniques managériales  mises en place par Himmler pour rendre le travail des gardien(ne)s de camp de concentration et d’extermination le moins pénible possible. Pour cela, une série de loisirs des plus divertissants leur étaient proposés à la fin de leur journée de travail : jeux, lectures, cinémas, théâtres, bordel... Le gardien de camp nazi n’est pas n’importe qui, il est un élément central du système totalitaire, il fait partie de l’élite qui devait diriger le monde, il en est le berger. « La récompense et le statut d’élite des massacreurs sont le point nodal de la situation créée dans les camps nazis au regard des loisirs »
Ce livre a reçu le prix Augustin Thierry 2011 décerné au festival « Les Rendez-vous de l’histoire » de Blois.


62-11Sergio Salma, Marcinelle 1956, Casterman, coll. « Écritures », 2012
L’auteur, originaire de Charleroi, nous raconte ici l’histoire de Pietro, mineur italien Au Bois du Cazier et amoureux. C’est en fait à une chronique sociale des étrangers venus arracher le charbon du sous-sol de la région du Centre qu’il est ici question. Et du drame qui fit 262 morts de 12 nationalités différentes.

 

 




62-12Éric Hazan, Une histoire de la Révolution française, La Fabrique, 2012
L’auteur raconte « l’événement le plus important qui se soit jamais produit dans l’histoire », événement fondateur d’une nouvelle façon de vivre et de penser, en un récit chronologique mêlant les discours des Assemblées aux cris du peuple. À l’origine, Éric Hazan voulait intéresser ses amis à cette époque, leur expliquer sans les ennuyer, il en a fait un livre qui fera peut-être renaître ces envies, toujours révolutionnaires, d’égalité, de fraternité et de liberté.

 




62-13Alexandre Dézé, Le Front national : à la conquête du pouvoir ?, Armand Colin, coll. « Éléments de réponse », 2012.
Recensé avec un peu de retard, ce livre sorti début 2012 permettait de comprendre, du moins en partie, la réussite du FN à l’élection présidentielle française. Son aggiornamento est en route. Et même si le parti d’extrême droite continue à ressasser ses idées nauséeuses, il a tendance à montrer patte blanche pour plaire à l’électeur et tenter de devenir un parti majoritaire.

 


62-14Franck, Vautrin, Veber, Les aventures de Boro, reporter photographe : 3 : le temps des cerises, Casterman, 2012
Sous la direction artistique d’Enki Bilal, Marc Veber clôture le deuxième cycle des aventures de Boro par les débuts de l’affrontement armé entre Républicains et Nationalistes dirigés par Franco : c’est la guerre civile espagnole, qui mettra à feu et à sang la péninsule et montrera la lâcheté des démocraties européennes face aux totalitarismes nazi et fasciste.

 

 

 

Recherche

Rejoignez-nous !

En savoir plus...

Soutenez la Mémoire !

Devenezmembre

Faites leur don de vos valeurs !

Faitesdondevosvaleurs copy

Brochure "Editions"

brochure editions 2015

Brochure "Bibliothèque George Orwell"

brochure bibli 2015

Soutenez nos actions

Soutenez les Territoires de la Mémoire en effectuant un don via Paypal

Plan d'accès

Contactez-nous

  • Territoires de la Mémoire asbl
  • Siège social
    Boulevard de la Sauvenière, 33-35
    4000 Liège
    accueil@territoires-memoire.be
    Téléphone : 04 232 70 60
    Fax : 04 232 70 65
  • N° d'entreprise
    453099470
453099470