#Covid-19 - Pour une démocratie de plein exercice !

#Covid-19 - Pour une démocratie de plein exercice !

Notre État de droit malade de la COVID-19, les barreaux belges à son chevet, l’asbl Les Territoires de la Mémoire au taquet.

Voilà bientôt une année que notre pays est confronté à une crise sanitaire inédite qui a conduit nos dirigeants à prendre des mesures de restrictions de nos libertés.

Si, au départ, nous les avons acceptées et respectées sans trop sourciller. Si, au départ, nous avons reconnu le caractère exceptionnel de la situation et avons admis le recours à des procédures « simplifiées », aujourd’hui nous sommes de plus en plus nombreux à nous interroger sur l’état de santé de notre État de droit.

Voilà plusieurs semaines, des juristes tiraient déjà la sonnette d’alarme, soutenus d’ailleurs par des associations telles que Les Territoires de la Mémoire. Aujourd’hui, c’est l’ordre tout entier des avocats du pays, soit environ 18.500 juristes francophones, néerlandophones et germanophones qui en appellent à un sursaut démocratique.

En effet, nous avons maintenant le recul nécessaire ; nous avons maintenant un Parlement de plein exercice qui dispose d’une majorité. Alors pourquoi ce Parlement est-il privé d’exercer son rôle législatif ? Pourquoi continuer à légiférer par Arrêtés ministériels plutôt que par l’édiction de Lois nées à l’issue de vrais débats parlementaires ? D’autant que sur le terrain, on note une confusion juridique qui fragilise le travail des juges, lesquels en arrivent à prononcer des jugements divergents faute de cadre juridique clair.

Bref, entre confiscation du pouvoir du Parlement et l’aléatoire des décisions de justice qui en découle, que reste-t-il de notre État de droit ? Dans la lignée des précédents appels à la vigilance qu’elle lançait auprès des autorités en général et auprès des villes, communes et autres institutions membres de son réseau Territoire de Mémoire, notre association soutient la demande des barreaux parue ce mercredi 10 février 2021 dans « Le Soir » et « De Standaard » pour que jamais les idées de Carl Schmitt, fossoyeur nazi du parlementarisme, ne résonnent chez nous.

Et pourtant, le problème est déjà bien là ! Avec l’absence de débat au Parlement, il n’est plus possible de contester les décisions avant qu’elles ne soient prises ; avec l’interdiction de se rassembler et de manifester, on ne peut même plus les contester après ! Si les seuls réseaux sociaux deviennent les seuls garants de la liberté d’expression et d’une saine pratique du débat, alors notre démocratie est actuellement en état de mort clinique…

La demande des barreaux :
https://plus.lesoir.be/354163/article/2021-02-10/20000-avocats-rappellent-le-gouvernement-ses-devoirs-democratiques

#trackingCovid19 #BigDataWatch