Coup de Cœur Littérature Jeunesse des Territoires de la Mémoire - 2020

Coup de Cœur Littérature Jeunesse des Territoires de la Mémoire - 2020

Première édition du Coup de Cœur Littérature Jeunesse des Territoires de la Mémoire. Un coup de cœur éminemment politique par notre choix de récompenser des textes et des images qui sont des dénonciations, des revendications, des propositions, des cris, des visions pour un monde meilleur et plus juste. La liberté ne se reçoit pas, elle se prend, à n’importe quel âge.

L’objectif est de mettre en évidence un livre illustré accessible à la jeunesse de 3 à 103 ans et portant sur une thématique qu’explorent les Territoires de la Mémoire, du travail de mémoire à la citoyenneté en passant par la Résistance, la lutte contre toutes les idées liberticides et la défense des droits humains.

Le comité de lecture est composé de permanentEs des Territoires de la Mémoire, de Claire Nanty de la librairie La Grande Ourse et de Brigitte Van Den Bossche des Ateliers du Texte et de l’Image.

Le prix sera décerné pendant la Foire du livre politique le vendredi 21 mai à 19h. Programme

Les titres en lice sont :

  1. J’ai vu un magnifique oiseau de Michal Skibinski et Ala Bankroft (Albin Michel Jeunesse, 2020)
  2. Tu t’appelleras Lapin de Marine Schneider (Versant Sud, 2020)
  3. Ma maman est bizarre de Camille Victorine et Wanda Gogusey (La Ville Brûle, 2020)
  4. Julian est une sirène de Jessica Love (Ecole des loisirs, 2020)
  5. Le dictateur de Ximo Abadia (La joie de lire, 2020)
  6. Les oiseaux ont un roi de Thierry Dedieu (Seuil jeunesse, 2020)
  7. Les grandes grandes vacances de Gwénaëlle Boulet et Pascale Hédelin (BD kids, 2020)
  8. Un peu beaucoup d’Olivier Tallec (École des loisirs - Pastel, 2020)
  9. Migrants d’Issa Watanabe (La Joie de lire, 2020)
  10. Les enfants de la résistance de Benoît Ers et Vincent Dugomier (Le Lombard, 2020)

Présentation des ouvrages

-

  1. J’ai vu un magnifique oiseau de Michal Skibinski et Ala Bankroft (Albin Michel Jeunesse, 2020)

La vie d’un enfant polonais pendant les deux mois d’été 1939. Une phrase par jour du15.7.1939 au 14.9.1939, des promenades dans la campagne au retour à Varsovie, d’un bel oiseau aux bombardements allemands, des phrases simples mais qui prennent une dimension tragique dans le contexte de la Seconde guerre mondiale. Les splendides peintures d’Alan Bankroft, très contemplatives, nous invitent à nous plonger dans nos propres souvenirs de vacances, verts et lumineux ou sombres et orageux.
Un petit complément permet d’en savoir plus sur Michal Skinbinski et du contexte dans lequel furent écrit ces lignes quotidiennes.

https://www.albin-michel.fr/ouvrages/jai-vu-un-magnifique-oiseau-9782226451231

-

  1. Tu t’appelleras Lapin de Marine Schneider (Versant Sud, 2020)

Quel étrange mystère ?! Un lapin géant, semblant mort, est couché au travers du village. Comment vont réagir les habitants ? Belette, petite fille de 7 ans, débrouillarde voudra s’en faire un ami et il sera terrain de jeux pour les enfants. Tandis que les adultes, eux, voudront s’en débarrasser mais trop grand et trop lourd, il restera là sans bouger. Il disparaîtra comme il est apparu, probablement la nuit.
Face à l’étrangeté, nos réactions sont toutes différentes. L’accepter, cela peut être difficile, mais c’est nécessaire. A travers ce récit poétique illustré tout en finesse, Marine Schneider délivre en toile de fond un message d’ouverture puissant qui ne laissera pas indifférent.

https://www.versant-sud.com/jeunesse/livre/tu-tappelleras-lapin/

-

  1. Ma maman est bizarre de Camille Victorine et Wanda Gogusey (La Ville Brûle, 2020)

Une famille monoparentale, une mère féministe aussi libre que fantaisiste, une enfant qui grandit entourée d’adultes hors normes mais bienveillants…
Avec naïveté, une fille parle de sa maman, de ses amiEs, de sa vie, de son corps. De cette mère qui semble bizarre à sa copine Rose. Bizarre car sa vie est engagée, enjouée, tatouée et, enfin de compte, libérée.
Tout le monde doit avoir le droit de vivre sa vie, comme il, et surtout, elle l’entend. Pouvoir être cheffe, s’habiller comme on veut, aimer qui on veut. Ce livre est une petite perle insoumise.

https://www.lavillebrule.com/catalogue/ma-maman-est-bizarre,140 

-

  1. Julian est une sirène de Jessica Love (Ecole des loisirs, 2020)

Julian est avec Mamita, sa grand-mère. Leur métro s’arrête et des sirènes montent à bord. Julian adore les sirènes. «Moi aussi, je suis une sirène», dit-il. Une fois seul, il s’apprête, couronne sa tête de longues feuilles vertes qu’il orne de fleurs colorées, noue un long rideau crème à sa taille. Il est prêt. Mamita et lui partent main dans la main vers la parade.
Sans complexe et sans se prendre la tête, un petit garçon devient une sirène. C’est beau, c’est tendre, c’est juste et c’est son droit.
Cet album aborde la problématique du genre sans en avoir l’air, de la normalité insoumise.

https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/julian-est-sirene  


-

  1. Le dictateur de Ximo Abadia (La joie de lire, 2020)

Son titre original est Frank, plus proche du prénom Franco dont il est question dans cet album graphique. La vie et « l’œuvre » d’El Caudillo, ce « chef de guerre » qui a dirigé pendant près de 40 ans l’Espagne d’une main de fer. Aujourd’hui, démocratie, ce pays a du mal à se souvenir de son passé, raison pour laquelle Xima Abadia a pensé ce livre. Au moyen de symboles simples mais efficaces, et dans un style pictural très coloré, l’auteur propose un ouvrage accessible pour parler d’un régime autoritaire.

https://www.lajoiedelire.ch/livre/le-dictateur/ 


-

  1. Les oiseaux ont un roi de Thierry Dedieu (Seuil jeunesse, 2020)

Dans cet album aux accents de fable, Thierry Dedieu met en scène un pinson insolent qui, un beau jour, s’invite dans la cage de son roi.
« A part manger, dormir et déféquer, quels sont vos loisirs ? »
Un pinson, qui se prend pour un petit Socrate ou un bouffon à plume ou un oiseau de passage, fait tourner la tête couronnée du hibou qui se dit roi des oiseaux au point de lui faire comprendre que sa vie est une vie de prisonnier. Une ode à la liberté et à l’insoumission, portée par une écriture raffinée et des illustrations épurées et esthétiques !

http://www.seuiljeunesse.com/ouvrage/les-oiseaux-ont-un-roi-thierry-dedieu/9791023515268


-

  1. Les grandes grandes vacances de Gwénaëlle Boulet et Pascale Hédelin (BD kids, 2020)

Des enfants dans la guerre. Une série en bande dessinée sur la vie de Colette et Ernest, leurs amis, leur famille. Une porte d’entrée utile pour aborder cette sombre période de l’histoire avec des enfants (dès 6 ans !). Le 4e tome sortira en juin 2021 et s’intitulera « En résistance », tout un programme.

https://www.bd-kids.com/les-heros/les-grandes-grandes-vacances  

-

  1. Un peu beaucoup d’Olivier Tallec (École des loisirs - Pastel, 2020)

Un écureuil comme métaphore du capitalisme, il dit « c’est fragile un arbre, il faut en prendre soin » et pourtant il lui mange toutes ses pommes de pins, toutes ses aiguilles, il brûle toutes ses branches, à la fin il n’en reste rien. C’est l’anthropocène en « écureuilocène ». Une fable écologique tombant à point, qui fera rire… jaune et réfléchir !

https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/peu-beaucoup

-

  1. Migrants d’Issa Watanabe (La Joie de lire, 2020)

Ils sont tous là, lion, toucan, cochon, éléphant, lapin, grenouille… tous différents mais tous avec un petit bagage à la main ou sur le dos. Dans la sombre forêt ils marchent. La Mort, joliment vêtue d’une cape fleurie, les suit, assise sur le dos d’un magnifique oiseau bleu.
Le voyage de ces animaux anthropomorphes n’est rien d’autre qu’une métaphore des parcours des migrantEs, fatigue, tristesse et désespoir sont rendus par un noir profond et des têtes baissées. Ce livre carré porte, sans parole, un message nous poussant, et les enfants aussi, à l’empathie pour ces êtres humains qui fuient la peur, la famine, la guerre, un cataclysme et affrontent d’autres dangers importants pour trouver la paix et la sécurité. Une œuvre de Watanabe plusieurs fois primée à l’internationale !

https://www.lajoiedelire.ch/livre/migrants/ 


-

  1. Les enfants de la résistance de Benoît Ers et Vincent Dugomier (Le Lombard, 2020)

Eusèbe, Lisa et François ne resteront pas sans réagir face à l’invasion allemande. Ces jeunes du groupe de résistance Lynx, qui nous font penser à la Rose blanche, le groupe de Sophie et Hans Scholl, désobéissent à la dictature de l’occupant nazi dans leur petit village français de Ponchartrain l’Écluse. Ils aident les aviateurs, ils informent les Alliés et détruisent même une usine de cuivre.
Les 7 premiers tomes de cette bande dessinée sont sortis, ils existent aussi en roman aux éditions Rageot et sont accompagnés d’un livret pédagogique. Ces œuvres, bien documentées et réalistes, sont idéales pour expliquer la résistance aux plus jeunes.

https://www.lelombard.com/bd/les-enfants-de-la-resistance