La foire du livre politique à Liège - 12e édition
foire

La foire du livre politique à Liège - 12e édition

Le 15/11 de 13h-14h : Débat « ’’Stress identitaire’’: équilibre précaire entre fabrique et héritage »

Organisé par les Territoires de la Mémoire

Avec Jean-François Füeg, historien, auteur de Ni Dieu, ni halušky, aux éditions des Territoires de la Mémoire (2019) et Dominique Costermans, écrivaine, autrice notamment de Outre-Mère (Luce Wilquin, 2017)

L’identité est un champ aux dimensions infinies dans lequel se déploient l’individu et la communauté, le singulier et l’universel. Mais quelles sont les parts de construction et de déterminisme qui interviennent dans l’édification de tout individu et dans le rapport que celui-ci entretiendra avec l’Autre, ainsi qu’avec lui-même ? L’identité se confond-elle nécessairement avec les origines ? Auteur et historien, Jean-François Füeg interroge la notion de « stress identitaire » dans son dernier ouvrage : Ni Dieu, ni halušky. Comment appréhender son identité quand celle-ci s’est forgée par la dissimulation, le refoulement voire le mensonge ? Peut-on apprendre à connaître et à accepter l’Autre si on ne se connaît pas et ne s’accepte pas d’abord soi-même ? Voici les questions que, parmi d’autres, ce remarquable ouvrage laisse à notre appréciation.

Le 16/11 de 13h30 à 14h15 : Débat « Comment lutter contre l’extrême droite et le racisme sur les réseaux sociaux »

Organisé par Le Journal de RésistanceS (ASBL RésistanceS) et le MRAX (Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Xénophobie)

Avec Esther Kouablan, directrice du MRAX et spécialiste en sciences de l’éducation (UCL) et Manuel Abramowicz, auteur et coauteur (dernier livre paru « Les nationalistes à l’assaut de l’Europe », éditions Demopolis, Paris, 2019), cofondateur et rédacteur en chef du web-journal RésistanceS.

Animé par Déborah Colombini, déléguée au centre d’Éditions et d’Études des Territoires de la Mémoire (Liège).

C’est grâce à son investissement financier, en centaines de milliers d’euros, dans un célèbre réseau social, que le Vlaams Belang, le parti de la droite radicale nationaliste flamande, aurait gagné les élections du 26 mai dernier. Mais cela fait déjà plus de vingt ans que l’extrême droite se développe sur le web avec ses opérations d’« agitprop » (agitation et propagande). Les groupuscules néonazis y exhibent leur glorification pour le Troisième reich hitlérien, des internautes y expriment sans gênes et retenues leur détestation des étrangers, la religion musulmane y est mise sur un pilori, les vieilles thèses conspirationnistes antisémites y sont massifiées, le net ne compte plus ses discours d’incitation à la haine raciste… Pourtant, les détenteurs des principaux espaces de l’« ère des trois w » affirment mordicus leur opposition ferme à cette réalité. Rien n’y fait, elles restent toujours en ligne. Alors comment pouvons-nous, en groupe ou seul, combattre aussi le racisme et l’extrême droite sur Internet ? Nous en discuterons ensemble lors de ce débat.