Citoyens du Livre

Citoyens du Livre #32 : la police

Venez partager vos lectures et autres découvertes culturelles avec les Citoyen·ne·s du livre !
Pour cette sortie (espérée) de confinement et pour fêter nos retrouvailles avec la liberté, nous vous proposons de placer cette 32e rencontre du groupe de lecteur.rice.s sous le signe de « la police » (même si toute autre lecture est la bienvenue).

Certains voient les policiers comme des « gardiens de la paix », tandis que d’autres les assignent clairement à des « forces de l’ordre ».

Quoi qu’il en soit, la figure du « policier » est incontournable dans notre imaginaire collectif. Celle-ci est en effet largement représentée et alimentée au sein de nos univers fictionnels : dans les livres, à la télévision, au cinéma, dans les séries en streaming…

Autant de prismes qui nous plongent bien souvent dans la peau du « flic »/détective, ou plutôt des « flics » : le flic « chevalier blanc » redresseur de torts, le flic désillusionné, seul contre tous (y compris sa hiérarchie), le flic ripoux, le flic mû par ses côtés sombres, adepte des violences policières, etc., etc.

Pour illustrer toute cette diversité, nous vous invitons à amener vos coups de cœurs/gueules en lien avec ce thème. Le choix est vaste : romans policiers, romans noirs, thrillers, du commissaire Maigret à San Antonio, en passant par Kay Scarpetta ou l’inspecteur Harry, sans oublier les analyses et les essais.

Ce sera l’occasion de parler de tous ces « ingrédients » qui nous plaisent dans ce genre et nous tiennent en haleine. Mais aussi de réfléchir de plus près à cette imaginaire qui est loin d’être neutre idéologiquement. D’autant que la réalité peut dépasser la fiction…

Lorsque notre regard glisse hors des pages, on voit - par exemple - que la police entretient souvent des rapports difficiles avec la vie en démocratie. L’actualité nous l’a encore montré récemment. Dans cette perspective, Les Territoires de la Mémoire présenteront l’exposition « Don’t shoot » du 19 juin au 8 septembre à la Cité Miroir. Celle-ci montre la criminalisation des mouvements sociaux et les tentatives de censure par la police belge ces dernières années.

Image : “L’arrestation de Ravachol”, dans Le Petit Journal, 16 avril 1892