Aide-mémoire n°86

Dans ce numéro 86, la revue Aide-mémoire interroge la figure du héros : la figure mythique, son alter ego obscur, mais aussi cette foule d’individus ordinaires et anonymes encore mus par le souci du respect, de l’empathie et de l’altruisme, qui « font ce qu’ils peuvent » pour agir sans retirer autre chose que la satisfaction du sentiment de faire partie d’une humanité commune. Retrouvez un entretien explosif avec le réalisateur Benjamin Hennot, auteur de Stan & Ulysse, l’esprit inventif qui rejoue la fougue guerrière de deux irréductibles maquisards de 1942 ; la suite l’article de Jenifer Devresse qui explore la dure réalité du chômeur contemporain et la chronique de Julien Dohet sur le héros déchu Philippe Pétain.

Editorial
L'ambivalence de la figure du héros

Par Julien Paulus, rédacteur en chef

Le vendredi 23 mars 2018, à 14h25, le GIGN donnait l’assaut au Super U de Trèbes, dans l’Aude, supermarché dans lequel s’était retranché le forcené Redouane Lakdine. À ses côtés, le lieutenant- colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, qui s’était auparavant échangé contre […]

Le Mot du Président (86)

Par Jérôme Jamin

Lorsque les Pères fondateurs négociaient l’architecture de ce qui allait devenir les États-Unis d’Amérique à la fin du XVIIIe siècle, l’équilibre entre le pouvoir central (le futur pouvoir fédéral) et les (futurs) États fédérés était un point d’achoppement. Do […]

« We don't need another hero » ou « We could be heroes just for one day

Par Oliver Starquit

Berthold Brecht a écrit « Malheur aux peuples qui ont besoin de héros ». Et de fait, la figure du héros n’a pas nécessairement bonne presse dans les milieux progressistes. Étymologiquement, le terme émane du grec et signifie initialement « demi-dieu » ou « tout homme éle […]

C'èst todi lès p'tits qu'on språtche ! (2ème partie)

Par Jenifer Devresse

L’« inclusion » exclut par milliers…

Les dernières réformes ont signé une vague d’exclusions massives liées au durcissement des procédures de contrôle et des sanctions (plus précoces, plus sévères, plus fréquentes), visant en particulier
les allocataires d’insert […]

Mémorandum de l’association Les Territoires de la Mémoire dans la perspective des élections communales et provinciales 2018 et dans le cadre plus large de son 25e anniversaire

Par la rédaction

Préambule

  • Un mémorandum est une « note écrite adressée par un agent diplomatique au gouvernement auprès duquel il est accrédité pour exposer le point de vue de son gouvernement sur une question qui fait l’objet de négociations » (Le Robert). Dans le champ assoc […]

Résistance, guérilla et héroïsme

Entretien avec Benjamin Hennot

Gaëlle Henrard : Tu réalises des films qui racontent des histoires de luttes populaires, mais aussi « l’histoire des vaincus spécialement quand ils triomphent », que cherches-tu à mettre en avant exactement ?

Benjamin Hennot : Les films de conscientisation, […]

Un portrait de Friedl Brandeis

Par Raphaël Schraepen

Qui a besoin d’un héros ? Question étrange à une époque où cette notion fait sourire. Ce serait méconnaître un besoin apparemment ancré dans une partie importante de la population. Le principe de l’anti-héros développé dans les années 60 et 70 de Fritz the Cat à Super Du […]

L'effet Matilda et les héroïnes perdues

Par Julie Ricard

Avez-vous déjà entendu parler de Marthe Gautier ? Jocelyn Bell ? Henriette Leavit ? Lise Meitner ou encore Rosalind Franklin ? Toutes ces femmes ont un point commun : scientifiques de premier plan, leurs noms ont été oubliés, leurs contributions minimisées et/ou leurs […]

Mots
Héroïnes

Par Henri Deleersnijder

Depuis les époques les plus lointaines, les groupes humains ont l’habitude de se structurer autour des figures de grands héros. La plupart de ces icônes du courage sont des hommes – pensons à Achille, Spartacus et Vercingétorix, pour se limiter à l’Antiquité –, auteurs d […]

La « révoltée » Evguénia Iaroslavskaïa-Markon : Une Pussy Riot des années 20 ?

Par Jean-Louis Rouhart

C’est que cet écrit d’une « révoltée », édité aux Édi- tions du Seuil en 2017 par Olivier Rolin[1], n’est pas sans rappeler, étant donné son contenu, l’action des Pussy Riots qui manifestent actuellement leur opposition à la politique de Vladimir Poutine,  […]

Faire don de sa personne

Une chronique de Julien Dohet

Nous avons à maintes occasions montré combien la figure du héros était présente au sein de l’extrême droite, dans le sens où tous les dirigeants de cette tendance démontrent et entretiennent une virilité qui assoit et garantit leur pouvoir. Cette fois-ci nous analys […]

La Bibliothèque George Orwell présente

Chantal Kesteloot (dir.), Laurence Van Ypersele (dir.), , Du café liégeois au soldat inconnu : la Belgique et la Grande guerre, Racine, , 2018, 29,95 €

Du café liégeois au soldat inconnu : la Belgique et la Grande guerre

Saviez-vous que le « café viennois » est devenu le « café liégeois » durant la Première Guerre mondiale ? Que les effectifs congolais engagés en Afrique avaient un poids équivalent que ceux engagés sur le front de l’Yser ? Ou que la détention obligatoire de la carte d’identité imposée par l’occupant allemand a été poursuivie et pérennisée après la guerre ? Dans cette optique, ce livre a pour ambition d’apporter un éclairage multiple sur un ensemble d’événements, de lieux, d’objets propres à la situation belge entre 1914 et 1918. Il en ressort une sorte de manuel composé de cours articles rédigés par une équipe de scientifiques francophones et flamands, richement illustré. Une source à même d’encore approfondir nos connaissances en cette année de commémoration.

Elisée Reclus, Pierre Kropotkine, Charles Perron, Alexandre Chollier (éd.), Federico Ferretti (éd.), , La joie d’apprendre, Editions Héros-Limite, coll. « Feuilles d’herbe », 2018, 12 €

La joie d’apprendre
La joie d’apprendre

Trois géographes, trois amis, trois anarchistes du XIXe siècle. Ferretti et Chollier les réunissent à nouveau dans cet ouvrage, ou plutôt exhument des fragments de leur pensée sur l’éducation libertaire. La volonté est de mettre en avant leur contribution dans le mouvement libertaire (création d’« écoles libérées »), mais également leur désir de rénover l’enseignement à l’échelle de la société toute entière. Après autant de temps, ces discours iconoclastes sur l’enseignement seraient-ils actualisables ? Par exemple ceux qui promeuvent « une éducation en actes », un apprentissage incarné, « sur le terrain », qui prônent l’enseignement mutuel, et donc la diminution de l’autorité du professeur. Les deux auteurs en sont convaincus !

Sandrine Martin, , Le rire de l'ogre, Casterman, , 2018, 20 €

Le rire de l'ogre
Le rire de l'ogre

Mise en bande dessinée du roman de Pierre Péju, prix Fnac 2005. Un récit étrange, comme un conte gothique, où l’on voit que l’histoire des parents pendant la Seconde Guerre mondiale influence le destin de leurs enfants, Paul et Clara. Une histoire de transmission, de mensonges tus, de recherches de vérités, d’amours adolescentes, d’ogres mangeurs d’enfants… la vie en somme.

Charles Manian, , Les meilleurs morceaux du mammouth, Cerisier, , 2018, 12 €

Les meilleurs morceaux du mammouth
Les meilleurs morceaux du mammouth

Politicien et maire, Eddy veut tester sa popularité et part de son bureau à pied pour aller inaugurer une nouvelle supérette. Accompagné par la police, il est assailli par les passants qui ont tous des réclamations à faire. C’est alors qu’une émeute éclate, des policiers tombent sous les balles. Charles Manian signe ici un nouveau polar déjanté qui nous emmène dans les rues de la Cité ardente où la colère et l’insurrection monte et où le pouvoir n’assure pas. Tous les coups sont permis pour intimider et museler les rebelles. Si l’auteur nous avait déjà fait part de son aversion pour l’injustice dans de précédents romans, on a du mal à imaginer qu’ici il faille prendre quoi que ce soit au sérieux… même si le récit fait écho à une actualité bien réelle.

François Beaune, , Omar et Greg, Le Nouvel Attila, , 2018, 17 €

Omar et Greg

« On ne raisonne pas pareil le ventre vide et le ventre plein. » Enfants issus de la ZUP (zone à urbaniser en priorité) et de l’immigration (algérienne et tunisienne), Omar et Greg rencontrent François Beaune qui décide de dresser le portrait de ces deux citoyens devenus amis alors que tout les séparait. L’un chasseur de skins antiraciste et l’autre militant du FN, tout semble les opposer et pourtant une question les rassemble : celle de l’identité. Qu’est-ce qu’être français ? Portrait croisé de deux citoyens qui incarnent un destin français.

David Berliner, , Perdre sa culture, Zones sensibles, , 2018, 15 €

Perdre sa culture

Ah ! Nostalgie quand tu nous tiens ! « Tout se perd », « Rien ne se transmet », « Retrouver ses racines » … des phrases entendues et réentendues. Mais qu’en est-il vraiment ? Pour cela l’auteur aborde cette perte culturelle, patrimoniale et d’authenticité dans divers contextes (Afrique de l’Ouest, Unesco …). Sans oublier l’obsession de la transmission et de l’implication politique de son usage. Ouvrage pour féru de questions patrimoniales et psychologiques.

Marcos Prior, Danide, , Phagocytose, Ça et Là,, , 2018, 20 €

Phagocytose
Phagocytose

Phagocyter, v. T; fig : absorber, détruire, faire disparaître en intégrant à soi, neutraliser ». Prior et Danide reprennent à leur compte cette définition, et l’appliquent dans leur désopilante BD pour illustrer l’incroyable capacité de notre société de consommation à tout récupérer, à tout lisser…Machine à spectacle, à divertissement, à détournement (ultralibéral) au service de la marchandisation à tout va, de l’efficacité, de l’utilitaire…Marx et discours gauchistes : récupérés! Désobéissance civile : récupérée !, etc., etc. En bref, la lutte pour un autre monde : récupérée ! Avec leur oeuvre hybride mixant de multiples registres médiatiques (fausse publicité, capture vidéo Youtube, roman de gare…) et des récits courts, les auteurs espagnols nous livrent ici une satire mordant (à peine caricaturale ?) de notre société dépolitisée, désincarnée. Rires jaunes garantis !

Fabrice Le Hénanff, , Wannsee, Casterman, , 2018, 18 €

Wannsee

Le 20 janvier 1942, à Berlin au quartier de Wannsee, une réunion entre quinze hauts fonctionnaires du troisième Reich et de la SS est organisée pour décider du sort des Juifs. Une heure et demie c’est le temps qu’il leur faudra pour organiser la Shoah, et tuer ainsi des millions de Juifs. Mais ce huis-clos met également en lumière les conflits de pouvoir et d’intérêts au sein de l’État nazi. Appuyé par des sources historiques, l’auteur nous livre ici une partie d’histoire tout en le présentant comme une oeuvre de fiction.