Aide-mémoire n°87

Dans ce numéro 87, la revue Aide-mémoire célèbre les 25 années d’existence des Territoires de la Mémoire et profite de l’occasion pour tirer un certain nombre de bilans de l’action menée. Dans ce cadre, Jacques Smits nous entretient de l’historique et des perspectives de l’association, le politologue Geoffrey Grandjean revient sur l’évolution du travail de mémoire, ses enjeux et ses limites et Manuel Abramowicz (RésistanceS) nous brosse un tableau récapitulatif de 25 années d’extrême droite mais aussi d’antifascisme en Belgique.

Editorial
Un anniversaire... dans la lucidité

Par Julien Paulus, Rédacteur en chef

_En cette fin d’année 2018, l’association Les Territoires de la Mémoire célèbre ses 25 ans d’existence. Cela fait donc un quart de siècle que bénévoles, militants, permanents se sont associés pour effectuer, avec toutes les compétences, la motivation et l’engagement disp […]

Quand l’art rencontre la mémoire : l’évolution des pratiques mémorielles aux Territoires de la Mémoire

Par Les Territoires de la Mémoire

Depuis 25 ans maintenant, les Territoires de la Mémoire se sont positionnés dans le champ de l’éducation à la résistance et à la citoyenneté par le biais du travail de mémoire. L’angle pédagogique a toujours été central au sein des différentes actions menées par l’associ […]

Du devoir de mémoire … au travail de mémoire

Par Philippe Marchal, Directeur adjoint des Territoires de la Mémoire.

En 25 années d’existence, la transmission de la mémoire a considérablement évolué et cette dynamique influence quotidiennement les missions et le travail des Territoires de la Mémoire.

**L’impulsion d’une véritable politique mémorielle n’est pas étrangère à cette  […]

Entretien avec Jacques Smits, directeur des Territoires de la Mémoire, à l'occasion des 25 ans de notre association

Par la rédaction

Aide-mémoire : Peux-tu nous rappeler les circonstances qui ont présidé à la création des Territoires de la Mémoire ? Quels étaient les acteurs en présence ?

Jacques Smits : Début des années 90, le Cen […]

Entretien avec Geoffrey Grandjean

Par la rédaction

Aide-mémoire : Votre thèse portait sur la réception par les jeunes Belges francophones du génocide des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Quels enseignements avez-vous tirés de ces travaux ?

Geoffrey Grandjean : Cette recherche a été menée il y quelques  […]

Plus de vingt-cinq ans d’extrême droite et de résistance(s)

Par Manuel Abramowicz

**Après l’Angleterre avec le British National Front et la France avec le Front national, la Belgique est le troisième pays européen qui, après la crise économique de 1974, voit émerger avec force une « nouvelle » extrême droite. Sous l’influence du Groupement de recherch […]

Mots
Commémoration

Par Henri Deleersnijder

Il ne faut pas être grand clerc pour s’apercevoir que notre époque est atteinte de fièvre commémorative. Rien que pour cette année 2018, le site herodote.net a recensé plus de 130 anniversaires significatifs en France et dans le monde. Il y eut, en vrac, et en se limita […]

22 ans d'Aide-mémoire

Par la rédaction

Aide-mémoire, le journal des Territoires de la Mémoire, ne fête pas ses 25 ans mais ses 22 ans !

Publié en juin 1996, le numéro 0 n’était composé que de 4 pages comportant quelques brèves ici et là et non signées. Au fil du temps, il a grandi. Ses 4 pages se sont t […]

Retour sur 18 ans et 70 chroniques sur l'idéologie d'extrême droite

Entretien avec Julien Dohet

Aide-mémoire : Quelles étaient les motivations à l’origine de cette chronique ?

Julien Dohet : L’idée de cette chronique est née lors d’une discussion avec Jérôme Jamin, rédacteur en chef d’Aide-mémoire à l’époque. Elle partait du constat que si le discours, […]

Le mot du Président (87)

Par Jérôme Jamin

Jérôme Jamin

Lorsque les fondateurs de notre association se sont mis autour de la table pour préparer les futurs statuts, ils étaient foncièrement inquiets de voir le retour de l’extrême droite sur la scène politique. C’é […]

La Bibliothèque George Orwell présente

false, , Antifascisme et résistance, chansons sociales en Belgique, vol. 3, false, , false

Antifascisme et résistance, chansons sociales en Belgique, vol. 3

Disque vinyle 33t comportant 14 chansons par Cigal, Jacques- Ivan Duchèsne, Gam, Rémy Gillis, Jean-Claude Pierot, Luc Renkin, Christiane Stefanski et les Ateliers du Zoning. Quatorze chansons engagées sur des thèmes variés allant de la tragédie du Cap Arcona à Degrelle, en passant par les Brigades internationales, les bagnes et le chant d’espoir de Mauthausen. Elles sont accompagnées d’un livret explicatif concocté par Richard Kalisz et produit par la Fondation Jacques Gueux en 1979.

Pierre Dardot et Christian Laval, , Commun : essai sur la révolution au XXIe siècle, La Découverte, , 2014

Commun : essai sur la révolution au XXI<sup>e</sup> siècle
Commun : essai sur la révolution au XXI<sup>e</sup> siècle

« Les communs, ces ressources diverses qui n’appartiennent à personne à proprement parler, et qui appartiennent donc à tout monde, régies la plupart du temps par un droit coutumier, sont l’expression d’un usage juridique oral spécifique, consacré par le temps et accepté par la population d’un territoire déterminé. » (Aide-Mémoire, n°81, 2017).

Une brique qui fait le point sur cette notion du commun. Une piste pour sortir d’un système inégalitaire en proposant l’entraide et le partage comme solution.

David Cali et Serge Bloch, , L'Ennemi, Éd. Sarbacane, , 2007

L'Ennemi

Ça commence par « C’est la guerre » et ça se termine par un message de paix envoyé à son ennemi qui se trouve dans le trou d’en face. Un album très beau, tant dans la forme que sur le fond. Une ode au pacifisme et à ne pas se laisser conter que l’autre, quel qu’il soit, est un ennemi.

Maxime Steinberg, , L’Etoile et le fusil : 3 tomes (4 volumes), Vie Ouvrière, coll. « Condition humaine », 1987

L’Etoile et le fusil : 3 tomes (4 volumes)

S’il ne faut en citer qu’un, ce serait lui, Maxime Steinberg, LE spécialiste de la déportation à partir de la Belgique. Enfant caché (ses parents étaient des Juifs polonais), enseignant et communiste, il a énormément écrit sur la Shoah, dont certains ouvrages co-signés par Serge Klarsfeld. Ces 3 tomes : « La Question juive : 1940-1942 » ; « Les Cent jours de la Déportation des Juifs de Belgique 1942 » et « La Traque des Juifs 1942-1944 » (en 2 volumes) sont des documents indispensables pour la compréhension de la mise en oeuvre de la « Solution finale » en Belgique.

false, , L’Histoire de la Shoah : de la persécution à l’extermination des Juifs d’Europe, Bruxelles : Endless, , 1997

L’Histoire de la Shoah : de la persécution à l’extermination des Juifs  d’Europe

Ce CD-Rom est un des tout premiers à proposer une histoire complète de la Shoah en version numérique. Il n’est malheureusement plus lisible sur nos ordinateurs en 2018. Il se découpe en quatre sections principales : « La France et la Shoah » ; « L’Allemagne d’Hitler » ; « La Shoah » ; « L’après-guerre ». Il contient des biographies, des photographies, de l’audio, des vidéos, des cartes interactives, une ligne de temps, un glossaire et de la musique. Il donne accès à une liste complète des Juifs déportés de France, reprenant les nom, prénom, lieu d’origine, date de naissance, lieu de déportation ainsi que la date et le numéro de convoi.

Claude Lefort, L’invention démocratique, Fayard, éd. revue et corrigée, , 1994

L’invention démocratique

Sous-titré « les limites de la domination totalitaire », Claude Lefort analyse le régime « communiste » plus comme un projet anti-démocratique qu’anticapitaliste. Cet ouvrage est composé d’articles qui partent de faits d’actualité ou qui proposent une analyse théorique de la démocratie. Pour Lefort, la démocratie est l’opposition, le débat, la protestation dans les régimes totalitaires, elle est inventive car elle permet toujours l’expression de visions du monde opposées.

Michel Piquemal et Justine Brah, , La robe rouge de Nonna, Albin Michel Jeunesse, , 2013

La robe rouge de Nonna

C’est comment de vivre sous le régime fasciste de Benito Mussolini ? D’être condamnée aux enfers parce qu’on n’est pas baptisé ? D’être maltraitée parce qu’on porte une robe rouge dans un pays dirigé par des chemises noires ? Pour certains, pour mettre leur famille en sécurité, c’est l’exil. Ce qu’il reste alors ce sont des chansons. Così le genti che passeranno / O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao / Così le genti che passeranno / Mi diranno « Che bel fior » / E questo è il fiore del partigiano / O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao / E questo è il fiore del partigiano / Morto per la libertà.

Marion Coty et Henri R. Coty, , Les Camps de concentration nazis 1933-1945,, Fondation pour la Mémoire de la Déportation (Paris), , 1995

Les Camps de concentration nazis 1933-1945,

Une VHS de 88 minutes sortie pour le 50e anniversaire de la libération des camps qui fait le point sur l’univers concentrationnaire nazi. Henri Coty est un survivant qui est passé par les camps de Buchenwald, Dora et Bergen-Belsen. Cette vidéo est accompagnée d’un livret pédagogique de 22 pages proposant des pistes d’animation pour les enseignants.

Béa Deru-Renard et Neil Desmet, , Les loups noirs, L’école des Loisirs, Pastel, 2005

Les loups noirs

Un dessin efficace, une mise en page originale, une histoire à faire frémir de peur les enfants. Et pourtant, elle est, comme on dit, « basée sur des faits réels ». Cet album raconte la prise de pouvoir dans une riante vallée par des loups violents. Il faudra toute l’intelligence collective des animaux pour vaincre la force brutale de cette meute dirigée par Adolph « au regard noir plus noir que noir ».

Manuel Abramowicz, , Les rats noirs : l’extrême droite en Belgique francophone, Cerf et Luc Pire, , 1996

Les rats noirs : l’extrême droite en Belgique francophone

L’auteur est le fondateur et l’animateur du site Résistances.be, webjournal d’investigation qui édite des « articles & enquêtes exclusives contre l’extrême droite, le racisme, l’intégrisme, le sectarisme, la pensée unique … ». Manuel Abramowicz est dans ce domaine une des personnes ressources en Belgique. Il a également publié le Guide des résistances à l’extrême droite (Labor, 2005) et a participé au livre dirigé par Anne Morelli, Rebelles et subversifs de nos régions : Des Gaulois jusqu’à nos jours (Couleurs livre, 2011). Les rats noirs fait le point sur la galaxie noire de l’extrême droite en Belgique, les partis et les mouvements, les francophones et les flamands. Un who’s who complet de l’époque.

Bernard Bruneteau, , Les Totalitarismes, Armand Colin, , 1999

Les Totalitarismes

The livre sur les régimes autoritaires totaux : nazisme, fascisme et stalinisme. Définitions, conceptions, image, tout, vous saurez tout sur les totalitarismes. Il ne fait pas l’impasse sur la controverse autour de ce concept, difficilement remplaçable. Certains y voient une manière de mettre sur un pied d’égalité des régimes dissemblables dans l’idéologie.

Tzvetan Todorov, , Mémoire du mal, tentation du bien : enquête sur le siècle, Robert Laffont, , 2000

Mémoire du mal, tentation du bien : enquête sur le siècle

Apôtre de l’humanisme, l’auteur interroge « les leçons de l’affrontement entre le totalitarisme et son ennemi, la démocratie », puis les usages de la mémoire de ces événements et enfin, les conséquences de la chute des totalitarismes. Le « Mal » au passé, présent et avenir. Le « Bien » est traité par des portraits d’humanistes critiques (David Rousset, Germaine Tillion, Vassili Grossman…). Mais sans simplisme car si le totalitarisme peut nous apparaître comme l’Empire du Mal, la démocratie n’est pas nécessairement le Règne du Bien.

Carlie De Hass et Camille Besse, , Osons la politique, La ville brûle, , 2016

Osons la politique
Osons la politique

Les auteures tentent – et j’ose espérer, arrivent – à nous faire (re)aimer la politique. Il n’est pas question que de politique politicienne, mais comme elles l’écrivent très bien « du meilleur outil dont nous disposons pour changer tout ce qui ne va pas dans notre société et dans notre monde. Faire de la politique, c’est refuser la fatalité ». Même si certains aspects sont franco-français, il reste un bon argumentaire pour faire face à ceux qui disent qu’ils n’en ont rien à faire de la politique.

Collectif, , Redrum : à la lettre contre le fascisme, Les Impressions nouvelles, , 2015

Redrum : à la lettre contre le fascisme
Redrum : à la lettre contre le fascisme

Redrum, murder… meurtre de la démocratie et peur, soit les symptômes d’une société en proie à la montée de l’extrême droite. Comment l’artiste peut-il se positionner face à cela ? Alain Jugnon, Pierre Alferi, Jean-Christophe Menu et de nombreux autres optent ici pour l’antifascisme littéraire, et proposent de critiquer mais aussi « guérir » du fascisme au moyen de la poésie. L’approche est interartistique (poème, essai, image, philosophie, théâtre), les textes et les illustrations s’alternent, tandis que le sérieux succède à l’humour. Un livre pluriel par sa forme et son fond qui s’oppose par son essence même au fascisme et à son message d’homogénéité

Jean-Pierre Chrétien (dir.), , Rwanda, les médias du génocide, Karthala, , 1995

Rwanda, les médias du génocide

À peine un an après la fin du génocide des Tutsi au Rwanda, cet ouvrage explore la propagande qui l’a permis. Riche d’extraits de documents, il montre la montée en puissance du Hutu Power et le conditionnement des esprits qui conduit l’Homme à tuer son frère.

Jérôme Ruillier, , Ubu, Bilboquet, , 2007

Ubu

Cet album destiné aux enfants mais que tout adulte appréciera, reprend l’idée du personnage d’Alfred Jarry, Ubu est un gros rond noir qui avale tout le monde, le roi rond, les ronds rouges, bleus, verts et moi-même. D’avoir trop mangé, il explose. Mais attention à ne pas l’oublier car il pourrait revenir.

Emmanuel Dockès, , Voyage en misarchie : essai pour tout reconstruire, Éd. du Détour, , 2017

Voyage en misarchie : essai pour tout reconstruire
Voyage en misarchie : essai pour tout reconstruire

Rappelez-vous d’où vient le mot « utopie », c’est Thomas Moore qui l’invente, il décrit un monde, une société, qui n’existe pas. Emmanuel Dockès fait de même dans son roman-essai. Il nous décrit la vie sociale, économique, culturelle, etc. d’un non-lieu. Sur cette île, la vie en commun est basée sur la « réduction maximale des pouvoirs et des dominations ».

Tentant n’est-ce pas ?