Aide-mémoire n°90

Le présent numéro porte son regard sur le projet européen et questionne notamment la crise qu’il semble bien traverser. En effet, si les résultats des dernières élections n’ont pas été aussi catastrophiques que ce que certains redoutaient vis-à-vis du vote d’extrême droite, il n’en demeure pas moins qu’une réelle désaffection, voire une hostilité, sont manifestes à droite comme à gauche. Dans ce numéro, cette problématique est ainsi abordée au prisme de l’histoire de la construction européenne et de ses paradoxes avec un article de Geoffrey Grandjean. Olivier Starquit questionne quant à lui l’impossibilité d’aborder toute question qui contreviendrait à l’agenda ordolibéral de l’Europe. Quant à la question de l’identité européenne, Gilles Rahier et Nicolas Bruwier interrogent le dispositif Erasmus et ses effets potentiels sur le sentiment d’adhésion au projet européen.

Editorial
Quel avenir pour l’Europe ?

Par Julien Paulus

Les neuvièmes élections européennes ont donc eu lieu, entre le 23 et le 26 mai, dans vingt-huit pays, Royaume-Uni compris. Si le scrutin de 2014 se déroulait sur fond de crise de la zone euro, en particulier dans des pays comme la Grèce, l’Espagne, l’Italie, l’Irlande ou […]

Les paradoxes historico-politiques d’une Europe en déconstruction

Par Geoffrey Grandjean

Les signes d’une Europe en déconstruction sont bien présents et ne sont pas si récents. Pensons d’abord aux débats sur l’avenir de l’Europe, lancés en 2001 lors du Conseil européen de Laeken. Un projet de Traité établissant une Constitution pour l’Europe est signé en 200 […]

Ni Dieu, ni halušky : nouvelle publication aux Territoires de la Mémoire

Par la rédaction

Ce mois d’octobre voit la parution, dans la collection « Libres Écrits », du troisième livre de Jean-François Füeg aux éditions des Territoires de la Mémoire. Fidèle à son habitude, l’auteur plonge dans son histoire familiale pour en exhumer des questionnements à la port […]

La construction européenne ou l’impossible débat

Par Olivier Starquit

Le 26 mai, comme prévu, les élections européennes ont été éclipsées par les autres scrutins. Puis, lorsqu’il a été question de désigner un commissaire européen pour la nouvelle Commission, le gouvernement minoritaire et en affaires courantes a fait fissa, par le biais d’ […]

Vous sentez-vous européen ? La construction d’une « identité » européenne

Par Gilles Rahier et Nicolas Bruwier

« Pourquoi nos pays ont-ils décidé de créer cette communauté de l’Entente ? Pour la paix. Mais au-delà de la paix ? Pour la prospérité. Et au-delà de la prospérité ? Est-ce pour faire leurs, à nouveau, les vieux démons des nations : la compétition et le désir de dominati […]

On a (pas) besoin d’un fantôme : retour sur une pièce de résistance

Par Raphaël Schraepen

Lorsque j’ai initié le projet scolaire d’une pièce de théâtre où des jeunes élèves rendraient hommage à d’autres jeunes, ceux qui ont créé le journal clandestin Vedem à Terezin, et plus particulièrement Hanuš Hachenburg, auteur de la pièce On a besoin d’un fantôme pa […]

Mots
Union européenne

Par Henri Deleersnijder

Depuis sa lointaine origine, le Vieux Continent, selon une appellation du langage courant, est resté désuni, périodiquement entraîné dans des affrontements sanglants qui laisseraient entendre que la guerre est son lot naturel et ses rares périodes de paix des bouffées d’ […]

Les trois vies d’Henning von Tresckow

Par Jean-Louis Rouhart

Il est désormais admis que la littérature épistolaire constitue une source épistémologique non négligeable pour la connaissance des faits historiques, au même titre que les documents officiels, les témoignages oraux et écrits, les dessins et photographies d’époque ou les […]

Un rebelle d’extrême droite

Une chronique de Julien Dohet

Alors que la saga autour de la mort de Vincent Lambert a remis au-devant de l’actualité la mouvance de la « Manif pour tous », il nous a paru intéressant de revenir sur le parcours d’un personnage clef de l’extrême droite française qui s’est donné la mort au cœur de Notr […]

Le mot du Président (90)

Par Jérôme Jamin

Pour beaucoup de personnalités marquées à l’extrême droite, « Bruxelles » est une capitale lointaine, cosmopolite et multiculturelle où « sévissent » les « bureaucrates apatrides »,
« pro-immigration », souvent « corrompus », à la solde du capitalisme et du marché, «  […]

La Bibliothèque George Orwell présente

Marie-Odile Godard, Docteur Naasson Munyandamutsa, , l’UMUPFUMU : un psychiatre à l’épreuve du génocide, Académia-L’Harmattan, coll. « Passeurs de mondes », n°3, 2019, 15 €

l’UMUPFUMU : un psychiatre à l’épreuve du génocide

Le génocide est une entreprise humaine qui détruit les corps, les esprits et les liens sociaux. Naasson Munyadamutsa, un psychiatre rwandais, en prend conscience en redécouvrant son pays meurtri au lendemain des massacres. Le chantier de la vie à reconstruire est énorme. Avec d’autres, il s’engage dans un travail de longue haleine pour prendre soin de la santé mentale des rescapés, retisser la vie communautaire, créer des structures… Marie-Odile Godard, une psychologue française, a fait partie de ses collaboratrices. Sa pratique thérapeutique l’a nourrie et inspirée pour sa propre carrière. Dans ce livre, elle revient sur ces apports et interroge les personnes qui ont côtoyé Naasson. Une manière de montrer des pistes « pour réparer l’irréparable » et aller au-delà du traumatisme. Ce livre est en outre une belle manière d’honorer la mémoire de ces deux protagonistes disparus récemment…

Collectif, , La fin de l’utopie Internet ? Les enjeux de la société numérique, Centre d’action laïque ASBL, coll. « Liberté j’écris ton nom », 2019, 10 €

La fin de l’utopie Internet ? Les enjeux de la société numérique

Internet, cette formidable invention qui relie les êtres humains par-delà les frontières et autres contraintes « physiques ». Mais est-ce la fin d’une utopie ? Cet espace initialement conçu pour permettre une totale liberté, est quotidiennement confronté à des polémiques concernant les cyberattaques, le chantage, le harcèlement mais aussi la surveillance. Que reste-t-il aujourd’hui de l’héritage de ses fondateurs ? Ces questions nous invitent à réfléchir aux enjeux liés au numérique : économique, politique et même social, il reste une matière transversale des relations internationales.

Thomas Azuélos, Simon Rochepeau, , La ZAD c’est plus grand que nous, Futuropolis, , 2019, 25 €

La ZAD c’est plus grand que nous
La ZAD c’est plus grand que nous

Notre-Dame-des-Landes, un nom chargé de représentations médiatiques, majoritairement négatives et souvent alimentées par des personnes qui n’y ont jamais mis les…bottes. À rebours de cela, Azuélos et Rochepeau se sont rendus sur cette « Zone À Défendre » contre le projet d’aéroport (abandonné depuis lors), investie, habitée et organisées par des activistes, des riverains, des agriculteurs… Là-bas, ils ont passé du temps à écouter, à observer, pour essayer de comprendre « ce laboratoire du commun », cette double utopie concrète de lutte contre le capitalisme et de construction d’un autre monde « ici, dans la lande, et maintenant ! » par « une armée de rêveurs ». Avec leur BD mêlant fiction et documentation, portée par le beau graphisme de Azuélos, les auteurs leur donnent la parole, sans éluder pour autant les difficultés pour inventer ce nouveau vivre ensemble…Zad À Diffuser partout !?

Éric Stemmelen, , Opération Macron, Éditions du Cerisier, coll. « Place publique », 2019, 16 €

Opération Macron

« Je suis statisticien de formation : je ne crois donc pas à l’incroyable. Je sais que lorsque l’enchaînement des événements est toujours favorable à la même personne, cela n’est que très rarement l’effet du hasard. Au casino, un joueur chanceux c’est une chose, un tricheur professionnel à la solde d’une bande d’escrocs, c’en est une autre. » Avec précision et minutie, E. Stemmelen démonte les mécanismes qui ont permis à Emmanuel Macron de devenir président de la République française. Sous forme de chronologie allant de 2012 à 2017, il décortique chaque étape qui a abouti à son élection. Il démontre également que les médias et les pouvoirs financiers qui les contrôlent ont joué un rôle dans son accession au pouvoir.

Alain Birenbaum, Salka, , Simon, Herschel : à ma famille disparue, Alain Birenbaum, , 2019, 15 €

Simon, Herschel : à ma famille disparue

« En tant que fils d’enfant caché, petit-fils de victimes de la Shoah et neveu d’une rescapée d’Auschwitz-Birkenau, il me tenait à cœur de connaître le passé de mes ancêtres paternels d’origine juive. Il n’est pas rare de voir apparaître au sein de la deuxième génération d’une famille qui a vécu un tel drame, un besoin de réponse. C’est ce besoin urgent qui m’a poussé à enquêter, après les premières tentatives de mon père. Durant deux ans, j’ai cherché sans relâche la trace de mes grands-parents et de mon oncle Herschel, afin de découvrir leur histoire et connaître leur parcours précis durant les dernières années de leur vie. C’est ma manière de leur rendre hommage et de faire en sorte que jamais ils ne tombent dans l’oubli. À l’heure où le fascisme et l’antisémitisme refont surface en Europe, il me paraît indispensable de témoigner dans l’espoir que ce passé sombre ne se reproduise plus jamais. À travers ce livre, je vous expose le fil de ma réflexion mais également les différents moyens que j’ai utilisés. J’y suggère en effet une multitude de méthodes de recherche qui, je l’espère, pourront inspirer d’autres familles qui se trouvent aujourd’hui toujours sans réponse. J’espère sincèrement pouvoir leur redonner espoir !

Mon livre est disponible à la librairie Stéphane Hessel de la Cité Miroir. »

Gilles Rochier, Philippe Ory, , Solo, Casterman, , 2019, 17 €

Solo

En état de sidération. Groggy. Ahuri…mais pas abattu ! Quand survient un choc, un événement traumatisant, l’humain met en place des mécanismes pour accuser le coup puis aller de l’avant. Les attentats de 2015 à Paris font partie de ces cas de figure… Devant l’horreur, que dire, que faire et comment ?  Les mots ont-ils encore du sens pour signifier l’insensé ? Gilles Rochier, lui, va choisir sa propre voie/x et son unique moyen d’expression : une trompette ! Souffler sans vraiment jouer, plutôt produire des sons qui agacent, questionnent son entourage et la société. Et si l’absurdité permettait d’exorciser l’absurdité ? Une BD autofictionnelle à laquelle prêter l’oreille !

Christine Lebon, , Survivance et transmission : vers l’intime des familles rwandaises rescapées du génocide, Académia-L’Harmattan, coll. « Passeurs de mondes », n°5, 2019, 24,50 €

Survivance et transmission : vers l’intime des familles rwandaises rescapées du génocide

Quelle transmission psychique du traumatisme y-a-t-il dans les familles de rescapés d’un génocide ? Et comment les survivants arrivent-ils à vivre leur rapport à l’autre bouleversé ? Christine Lebon, clinicienne et chercheuse en psychologie a tenté de répondre à ces interrogations en allant sur le terrain au Rwanda, et en s’immergeant dans le vécu et l’intimité des familles de victimes. Cela lui a permis de se rendre compte que face au silence/refoulement des parents rescapés – mécanisme de protection temporaire induit par la violence extrême –, les voix, parfois bruyantes, des enfants et leurs questionnements servent de catalyseurs pour impulser cette transmission familiale de la mémoire de « l’indicible ». L’étude est profondément humaniste et incarnée, notamment par l’action de ses petits co-chercheurs.

Philippe Richelle, Jean Michel Beuriot, , Voltaire, le culte de l’ironie, Casterman, , 2019, 20 €

Voltaire, le culte de l’ironie

1765. Voltaire se veut vieillissant. Toutefois son esprit reste vif et ses idées claires, notamment pour rédiger ses mémoires avec son biographe. Du salon au jardin, les souvenirs reviennent, anecdotes petites ou grandes, qui retracent une vie dense, y compris ses « contentieux » avec les religieux, lui le « champion » de la raison. D’ailleurs, en parallèle de ce regard rétrospectif, le philosophe s’implique dans la défense d’un jeune « blasphémateur ». Les auteurs nous livrent une mise en abîme biographique, toute en épaisseur, un portrait graphique « nuancé et documenté, sur cette figure majeure des Lumières qui suscite encore la controverse ». Il s’agit aussi d’une nouvelle collaboration entre Beuriot et Richelle, après avoir réalisé ensemble Amours fragiles, une série se déroulant durant la Deuxième Guerre mondiale.