Aide-mémoire>Aide-mémoire n°68

Des cendres dans la tête

Par Julie Ricard

À l’occasion des 20 ans du génocide des Tutsi au Rwanda, les Territoires de la Mémoire proposaient, dans le cadre d’une quinzaine thématique, de multiples activités et évènements : expositions, spectacles, Ciné-Mémoire, rencontre d’auteurs…

Le 7 avril 1994 débutait au Rwanda un génocide qui allait faire plus de 800 000 victimes directes en 100 jours. La Communauté internationale, la France et la Belgique portent d’importantes responsabilités dans ce drame. Si commémorer consiste à se souvenir du passé, voire constitue parfois une forme d’exhortation à se souvenir de ceux qui ont souffert et sont morts, la démarche est résolument tournée vers l’avenir. Puisqu’il s’agit en effet de la société que nous souhaitons construire compte tenu de ce que nous savons de ce passé.

Mais le souvenir ne suffit pas. Les évènements historiques sont uniques et complexes. En revanche, travailler à comprendre les éléments qui ont rendu cela possible, comparer les événements pour déceler des contextes et des mécanismes psychosociaux favorables au succès d’idées liberticides, aux massacres et aux génocides, tout cela peut nous permettre de briser cet « enchaînement assassin » et construire une société toujours plus démocratique.

À cette fin, le service pédagogique des Territoires de la Mémoire a réalisé une animation pédagogique à destination des élèves du secondaire supérieur. Par cette animation, les participants découvrent l’histoire du génocide des Tutsi au Rwanda, cela au travers de portraits de protagonistes : celui d’une rescapée restée au Rwanda, d’un génocidaire, d’un Casque bleu, d’un journaliste, d’un rescapé vivant en Belgique ou d’un médecin membre de Médecins sans Frontières. Ces portraits rassemblés permettent d’aborder la thématique sous ses différents aspects, de se souvenir que l’Histoire est faite d’histoires, d’avoir une vision claire de la chronologie des événements, de faire le lien avec d’autres événements historiques, le présent, et d’envisager son propre champ d’action en tant que citoyen.

Cette animation a été pensée et mise au point en collaboration avec le réalisateur Patrick Séverin, sur base de son film-documentaire Des Cendres dans la Tête (Instants Productions, 2011). Le film retrace son voyage et celui de son cousin, Sylvain, un jeune Belge d’origine rwandaise de 18 ans, rescapé du génocide, et à la recherche de son passé. Ensembles, ils vont être amenés à se confronter à une histoire méconnue, dure, violente, complexe et intimement liée à celle de la Belgique.

Un outil interactif en ligne (descendresdanslatete.be) destiné aux jeunes de 16 à 18 ans a également été créé par Patrick Séverin et Patricia Alen, coordinatrice du projet, pour comprendre le rôle que la Belgique a joué dans ce drame. Cet outil, réalisé avec le soutien des Territoires de la Mémoire, du Centre Communautaire Laïc Juif et de la cellule Démocratie ou Barbarie de la Fédération Wallonie-Bruxelles, propose une réflexion sur la manière dont chacun peut, en tant que citoyen, se situer par rapport à ce passé lourd à assumer.

Le site Des Cendres dans la Tête, créé autour du film-documentaire, permet de mieux appréhender le contexte historique du génocide des Tutsi au Rwanda et d’explorer des thématiques telles que la responsabilité citoyenne, la mémoire, les questions identitaires, le rôle des médias et de la justice en démocratie… L’approche se veut ludique et interactive : extraits vidéo, questions de débat, pistes d’animations, de lectures ou d’actions pour aller plus loin, …

Informations pratiques sur l’animation :

  • Public : plus de 15 ans
  • Durée : 100’ d’animation + durée du film Des Cendres dans la Tête (65’) et débat avec un animateur
  • Pour plus d’informations :