Aide-mémoire>Aide-mémoire n°68

Le mot de la Présidente (68)

Par Dominique Dauby

Présidente des Territoires de la Mémoire

À la veille des élections du mois de mai 2014, comme nous le faisons lors de toute élection depuis de nombreuses années, les Territoires de la Mémoire appellent à porter le triangle rouge. Et plus encore, à en expliquer l’histoire et le sens. Dans les camps nazis, les opposants politiques devaient porter ce triangle et nous voulons nous souvenir de leur engagement démocratique, appeler à la plus grande vigilance face aux idées d’extrême droite. Aux idées, pas seulement aux partis qui s’en revendiquent clairement.

Le premier tour des élections municipales françaises se termine et déjà, nous savons que le FN fera un excellent score. Faut-il vraiment s’en étonner ? S’étonner du taux record, un de plus, des abstentions ? Pourquoi la France échapperait-elle au feu qui couve en Europe ? À quoi nous attendre en Belgique au mois de mai 2014 ?

Les projets qui nous sont proposés relèvent-ils de la solidarité ? La démocratie, qu’Edwy Plenel qualifie de scandale dans l’Histoire parce qu’elle permet à n’importe qui, c’est-à-dire à chacun/e, de se mêler de tout, est-elle vraiment au cœur des ambitions politiques ?

Quand les politiques d’austérité traquent les abus au nom de la bonne gestion des finances publiques, de qui, de quoi parle-t-on ? Des étranger/es qui viendraient faire du tourisme social, au nom de quoi nous pouvons les emprisonner dans des centres fermés, des demandeur/euses d’emploi qui ne seraient pas assez « pro-actif/ves » au nom de quoi, face aux entreprises qui ferment, nous les excluons du droit aux allocations de chômage ?

Fin 2007, un grand patron français, affirmait « Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Résistance »… en clair, renoncer, notamment à un plan complet de protection sociale garantissant l’accès aux besoins essentiels pour tous les citoyens.

En portant le triangle rouge, nous refusons ces logiques d’exclusion. Sans nier la complexité du monde dans lequel nous vivons, nous affirmons notre volonté d’une démocratie vivante qui fait le pari de la participation de toutes et tous au débat. En rendant hommage, le 21 mars 2014, aux rescapés des camps qui ont participé à la création des Territoires de la Mémoire, Paul Brusson, Guy Melen, René Deprez, nous avons pris cet engagement : poursuivre leur combat. Le triangle rouge en est le symbole.