Aide-mémoire>Aide-mémoire n°90

Un rebelle d’extrême droite

Une chronique de Julien Dohet

Alors que la saga autour de la mort de Vincent Lambert a remis au-devant de l’actualité la mouvance de la « Manif pour tous », il nous a paru intéressant de revenir sur le parcours d’un personnage clef de l’extrême droite française qui s’est donné la mort au cœur de Notre-Dame de Paris le 21 mai 2013, justement dans le contexte de la mobilisation contre le mariage pour toutes et tous.

Si son geste se voulait politique pour secouer les consciences, il s’inscrit dans un cadre plus large que rappelle la préface du livre que nous analysons ici : « Et surtout les dernières pages du Cœur rebelle où, évoquant le suicide de Montherlant et celui de Françoise de Grossouvre, Dominique Venner confie qu’il n’est pas donné à tous de finir en beauté, et qu’il n’y a, parfois, que la mort pour donner un sens à une vie. Cette mort volontaire et sacrificielle, illustrée par les Romains et les samouraïs, qu’il a élue un jour de mai 2013, pour parachever sa vie en destin1 ».

Un parcours au cœur de l’extrême droite

Fils d’un militant du Parti Populaire Français de Doriot2, Dominique Venner est né le 16 avril 1935. Très jeune, il quitte le milieu familial pour s’engager dans l’armée et participera activement à la guerre d’Algérie, ce tournant pour l’extrême droite française3. Faisant référence également à Von Salomon, Venner explique : « C’est dans cette douleur (Diên Biên Phu) que tout a commencé. Les premiers corps francs d’une nouvelle droite activiste, anciens soldats et jeunes étudiants, commencèrent à se rassembler. Ils se fortifieront de la colère nationaliste et de la faiblesse parlementaire4 »
Combattant de première ligne en Algérie, il rejoint l’OAS et va jusqu’à préméditer une attaque de l’Élysée. Ce qui lui vaut une arrestation et une peine de prison. Un passage décisif souligné par la préface : « Devenus rebelles et proscrits, par allégeance à une fidélité plus haute que la loyauté envers un pouvoir qui reniait ses promesses, Dominique Venner et ses compagnons de la clandestinité connurent le sort de ces “réprouvés” si magistralement évoqués par Ernst Von Salomon. La prison fut leurs universités et c’est à l’ombre des barreaux qu’ils se forgèrent une doctrine nationaliste, que Dominique Venner devait incarner, plus tard, dans la création d’Europe Action puis de l’Institut d’études occidentales5 ». Il est intéressant de souligner la référence au classique de Von Salomon, récit autobiographique d’un nationaliste allemand engagé dans les corps francs et des actions clandestines qui le mèneront en prison sous la république de Weimar. Un livre référence pour l’extrême droite dès les années 30 sur lequel nous reviendrons dans une prochaine chronique. Venner entre à cette période en contact avec Jeune Nation, le groupe de François Sidos6 : « Un seul groupe contrastait. Il portait un nom qui sonnait comme un défi à la décadence “Jeune Nation”
(….) Je fus séduit par les positions tranchantes et la condamnation en bloc de tout le personnel politique (…) les effectifs étaient squelettiques (…) On parlait beaucoup de doctrine. Mais celle-ci était brève. Un nationalisme sommaire qui devait plus à Barrès qu’à Maurras. L’espoir d’un renversement du régime sur le mode espagnol de 1936, en imaginant jouer le rôle de la Phalange de José Antonio, ce qui prouvait une grande faculté d’illusion. L’anticommunisme dicté par l’époque était équilibré par la méfiance pour le système américain7 ». Admirateur de Sparte, de chants allemands et sudistes, faisant référence à Drieu, Evola8, La Varende, Brasillach… Venner profite de son emprisonnement pour lire non seulement la littérature d’extrême droite mais également des auteurs de l’extrême gauche sur la question de la révolution. À sa sortie de prison, il crée Europe Action « qui fut à la fois une revue et un mouvement. Il me semblait nécessaire d’ouvrir une réflexion en grand, mais que cette réflexion ne soit pas détachée de l’action9 ». Une rencontre est alors décisive : celle avec Thierry Maulnier10 avec qui il enchaîne les projets politiques et intellectuels (dont l’Institut d’Études occidentales). Après avoir participé à la création du GRECE11 il se consacre à partir de 1971 à la production intellectuelle d’ouvrages historiques et se retire à la campagne. En 1991, il fonde Enquête sur l’Histoire puis en 2002 La Nouvelle Revue d’Histoire et revient quelque peu dans un activisme politique plus important notamment à travers des émissions sur Radio Courtoisie.

Le tournant de l’Algérie

« L’action ne se limitait plus à la France. Dans toute l’Europe levait l’espérance. D’Italie, de Belgique, d’Allemagne, d’Espagne, du Portugal venaient en délégation des garçons fascinés par ce qui bouillonnait ici. Quand je fus emprisonné pour la seconde fois, en 1959, je reçus de toute l’Europe une avalanche de messages orchestrés depuis la Belgique par Jean Thiriart, personnage singulier et quelque peu mythomane, dont l’imagination fertile savait se transformer en décisions. Une Europe de la jeunesse commençait à s’éveiller. L’Algérie était la torche avec quoi il semblait possible d’embraser notre vieux continent12 ». La guerre d’Algérie est un moment clef qui permet à l’extrême droite de sortir de l’ombre tout en brisant certaines lignes d’ostracisme. De ce conflit violent Venner parle surtout de l’héroïsme des combattants français mal équipés et mal préparés face à des algériens qui veulent plus la victoire alors que l’armée française sera lâchée. C’est ainsi qu’il découvre à l’occasion d’une permission à Paris que « l’ennemi n’était pas seulement dans les djebels. Qu’il en était en France de pires et d’une espèce cachée13 ». Et de décrire les atrocités commises par les combattants indépendantistes (il parle notamment de 3000 assassinats lors des « pogromes » d’avril 196214) tout en relativisant celles des troupes d’occupations françaises : « Une blessure au ventre est, pour le blessé, une torture horrible. Mais ce type de torture n’intéresse personne. Les interrogatoires musclés, ordonnés implicitement par le pouvoir socialiste de l’époque, se voulaient une réponse au terrorisme qui frappait la population. Procédé qui ne relève pas lui non plus, de la morale courante. Qu’il y eut des “bavures” et des innocents “torturés”, c’est évident, comme il y eut des innocents tués par le terrorisme, ni plus ni moins15 ».
Pour lui, à l’image de la Rhodésie16, les colons auraient dû déclarer leur indépendance pour pouvoir lutter plus efficacement contre le FLN. S’il rejoint l’OAS, son bilan en est particulièrement critique : « À côté de quelques jolis coups d’audace et de téméraire dévouements, l’histoire de l’OAS en Algérie est celle d’un échec. Comme au temps de la Résistance, les querelles de personnes, l’amateurisme et les défaillances humaines furent les meilleurs alliés de la répression (…) [L’OAS] resta un mouvement invertébré de révolte et de résistance, sans devenir jamais une organisation révolutionnaire vouée à la prise du pouvoir17 ». Un mouvement dont il tient à souligner les origines et la composition dépassant les clivages traditionnels même si très vite il se réduira de plus en plus à la mouvance nationaliste. Il retiendra surtout une figure qu’il compare aux héros grecs Achille et Hector : « Parmi tous les condamnés, la figure de Jean Bastien-Thiry se détache avec une hauteur particulière. Contrairement à ce qu’annonçait son grade, cet officier n’était pas un homme de guerre, mais un ingénieur, un intellectuel en quelque sorte, qui n’avait jamais manié une arme (…) Il fut l’homme d’une seule idée, d’un seul projet poursuivi envers et contre tous. Le seul projet cohérent conçu dans le cadre de l’OAS. Après son arrestation, c’est en pleine connaissance de cause, assurément, qu’il rédigea dans la solitude de sa cellule la longue et rigoureuse déclaration lue à son procès. Niant méthodiquement la légitimité du chef de l’État, assumant l’entière responsabilité de son acte et se refusant aux regrets, il se condamnait à mort, mais il se donnait un destin18 ».

Pour Venner et son courant politique la guerre d’Algérie représente bien plus qu’un simple conflit : « (…) Au regard de l’histoire, quand le moment sera venu, elle apparaîtra surtout comme un combat perdu par l’Europe face à l’Afrique pour la défense de sa frontière du Sud. La guerre d’Algérie s’inscrit dans la longue histoire du flux et du reflux européens de part et d’autre de la Méditerranée depuis plus de deux mille ans, depuis Rome et Carthage. Les historiens de l’avenir noteront que l’invasion de la France et de l’Europe par les foules africaines et musulmanes du XXe siècle, commença en 1962 avec la capitulation française en Algérie19 ».

Une multitude de références

Nous l’avons déjà mis en évidence, lire l’essai autobiographique de Venner, c’est aussi naviguer au milieu d’un océan de références à l’idéologie d’extrême droite allant des années 30 à la période contemporaine. Dès l’introduction le propos est limpide : « Car déjà se faisaient jour le ressentiment, la haine de soi, le rejet du passé, le nihilisme mou, la religion de l’humanitaire, qui devaient marquer d’une durable empreinte les décennies suivantes et entériner une sortie programmée de l’Histoire20 ». Et comme Venner le dit lui-même :
« Nous étions les héritiers du combat précédent auquel il fallait donner un sens dans un paysage nouveau qui lui déniait toute signification. Nous avons entrepris une réflexion sur le contenu neuf à donner à ce que nous appelions le “nationalisme”, mot dont nous avions fait notre drapeau, bien qu’il ne recouvrit que très imparfaitement ce que nous étions21 ». Précisant :
« Mes choix profonds n’étaient pas d’ordre intellectuel mais esthétique. L’important pour moi n’était pas la forme de l’État – une apparence – mais le type d’homme dominant dans la société. Je préférais une république où l’on cultivait le souvenir de Sparte à une monarchie vautrée dans le culte de l’argent22 ».

Cette vision du monde, il la partage et la théorise avec d’autres déjà rencontrés dans cette chronique : « Les membres de la Fédération des étudiants nationalistes et les très jeunes fondateurs du mouvement Occident furent les premiers à s’enthousiasmer pour les voies nouvelles qui étaient ouvertes. Certains d’entre eux ont poursuivi ensuite très loin ces réflexions suivant des voies qui leur étaient propres. Parmi eux, un garçon très impatient qui montrait déjà les dons éblouissants qui s’épanouiront plus tard sous la signature d’Alain de Benoist. Cette génération de très jeunes intellectuels formés à l’action autant qu’aux idées était d’une richesse assez rare comme le prouveront leurs itinéraires multiples et imprévisibles23 ». Comme on a déjà pu le lire avec les références à Sparte et à l’Antiquité, Venner n’appartient pas au courant de la droite ultra-catholique24 mais plus à la branche païenne25 de l’extrême droite : « Tout Européen soucieux de son identité en vient nécessairement à reconnaitre que les sources en sont antérieures au christianisme et que celui-ci a souvent agi comme facteur de corruption des traditions grecques, romaines, celtes ou germaniques qui sont constitutives de l’Europe conçue comme unité de culture. Il n’était pas question de nier l’imprégnation chrétienne de l’Europe, mais d’en soumettre le bilan à la critique26 ».

L’Algérie comme axe, y compris dans la redéfinition du racisme car pour Venner : « la décolonisation, phénomène essentiellement raciste (chasser le Blanc) [qui] avait reçu en France l’appui majoritaire d’une bourgeoisie bien-pensante acquise aux utopies cosmopolites27» a des conséquences lourdes : « Le spectre de l’Algérie hante toujours la France. Deux ou trois millions d’immigrés algériens, personne ne sait au juste, vivent ici, auxquels s’ajoutent un ou deux millions de “beurs” de nationalité française, mais de sentiments et de comportements incertains28 ». Et de terminer sur cette redéfinition du racisme opéré par l’extrême droite qui garde néanmoins cette idée de hiérarchie et de non mixité possible : « Il a fallu du temps pour en arriver à cette idée nouvelle qu’en affirmant l’identité de “mon peuple” je défends celle de tous les peuples, qu’en assurant le droit égal de chaque culture, j’assure le même droit pour les miens. Respecter la culture enracinée de tous les peuples ne signifie pas qu’on accorde une égale considération à n’importe quoi. Parler d’égalité des cultures n’a pas de sens29 ».

  1. Dominique Venner, Le cœur rebelle. Nouvelle édition revue et augmentée. Préface de Bruno de Cessole. Postface inédite de l’auteur, Paris, Pierre-Guillaume de Roux, 2014, p.15.
  2. Voir « L’anticommunisme d’un transfuge » in Aide-mémoire n°59 de janvier-mars 2012.
  3. Sur celle-ci voir aussi « La pensée “contrerévolutionnaire” » in Aide-mémoire n°36 d’avril-juin 2006.
  4. P.65. Diên Biên Phu est le nom de la bataille décisive qui scelle la défaite de la France dans la guerre d’Indochine. L’utilisation du terme « corps francs », renvoie à l’ouvrage d’Ernst Von Salomon, Les réprouvés (auquel fait également référence la préface, voir citation suivante) qui est le récit autobiographique d’un opposant par les armes à la république de Weimar que nous analyserons dans une prochaine chronique.
  5. P.65. Diên Biên Phu est le nom de la bataille décisive qui scelle la défaite de la France dans la guerre d’Indochine. L’utilisation du terme « corps francs », renvoie à l’ouvrage d’Ernst Von Salomon, Les réprouvés (auquel fait également référence la préface, voir citation suivante) qui est le récit autobiographique d’un opposant par les armes à la république de Weimar que nous analyserons dans une prochaine chronique.
  6. Son frère Pierre (qui présidera le mouvement fasciste « L’Œuvre française » de 1968 à 2012) et lui avaient été condamnés à 10 ans de prisons en 1946 pour appartenance active à la Milice du régime de Vichy. Leur père, qui en était un des principaux responsables, étant quant à lui condamné à mort et fusillé. Sur Vichy, voir « L’histoire est incomplète sans le témoignage des perdants » in Aide-mémoire n°73 de juillet-septembre 2015 et « Faire don de sa personne » in Aide-mémoire n°86 d’octobre-décembre 2018.
  7. P.91. Sur Maurras voir « De l’inégalité à la monarchie » in Aide-mémoire n°33 de juillet-septembre 2005. Sur l’Espagne voir « L’idéologie derrière la carte postale » in Aide-mémoire n°62 d’octobre-décembre 2012 et « Le journalisme d’investigation n’est pas neutre » in Aide-mémoire n°74 d’octobre-décembre 2015. Sur la Phalange en particulier voir « La troisième voie phalangiste » in Aide-mémoire n°83 de janvier-mars 2018.
  8. Voir « Le Fascisme est de droite » in Aide-mémoire n°47 de janvier-mars 2009 et « La révolution conservatrice » in Aide-mémoire n°48 d’avril-juin 2009.
  9. P.151.
  10. Voir « Antimarxiste et antidémocra-tique, bref d’extrême droite » in Aide-mémoire n°82 d’octobre-décembre 2017.
  11. Voir « L’inégalité comme étoile polaire de l’extrême droite » in Aide-mémoire n°66 d’octobre-décembre 2013.
  12. Pp.114-115.
  13. P.50. On retrouve ici l’argument utilisé également par les Nazis concernant la guerre 14-18 et le fait que ce n’est pas sur le front militaire que la guerre a été perdue mais à cause de la subversion à l’arrière.
  14. P.78.
  15. P.55.
  16. Au moment de la décolonisation les colons blancs de la Rhodésie du Sud (actuel Zimbabwe) déclareront unanimement en 1965 leur indépendance envers l’Angleterre afin de, comme en Afrique du Sud limitrophe, tenter de garder le pouvoir dans un régime d’apartheid qui tiendra jusqu’aux années 80.
  17. P.70.
  18. Pp.136-137. Sur Bastien-Thiry voir « Quand la résistance et le droit d’insurrection sont-ils justifiés ? » in Aide-mémoire n°55 de janvier-mars 2011.
  19. P.21.
  20. P.10.
  21. P.153.
  22. P.97.
  23. P.156. Voir « Le Gramsci de l’extrême droite » in Aide-mémoire n°78 d’octobre-décembre 2016.
  24. Voir « La Loi du décalogue » in Aide-mémoire n°64 d’avril-juin 2013.
  25. Voir « La tendance païenne de l’extrême droite » in Aide-mémoire n°38 d’octobre-décembre 2006.
  26. P.155.
  27. P.27.
  28. P.25. Notons ici combien ce discours naturalisant une intégration impossible est revenu au-devant de la scène médiatique lors de la victoire de l’Algérie à la coupe d’Afrique de football.
  29. P.190.